Les plantes brûlantes

Les plantes brûlantes


Leur fonction principale est de piéger ces créatures malfaisantes de la nuit nommées souklian ou soukougnan, qui comme les dorlis, s’introduisent dans les maisons, même si, ici, le but n’est pas d’avoir des relations sexuelles avec les occupants endormies, mais simplement d’y hanter les habitants.

Le mot souklian ou soukougnan, serait une corruption du mot peul soukounyado signifiant “esprit volant”. C’est sous cette forme que les sorciers d’Afrique l’Ouest allaient ( et vont toujours) hanter leurs ouailles.

Dans le cadre d’une démarche de dédiabolisation de nos savoirs ancestraux, peut on envisager qu’à l’origine la pratique de l’esprit volant permettait par exemple de fuir rapidement le village lors d’une attaque ?

Afin d’alerter le voisinage, tout comme le “dorlis ” qui discrètement se mouvait dans l’obscurité de la nuit?

Une des particularités du souklian est qu’il se défait de sa peau une fois introduit dans la maison. Peau qu’il accroche à un clou généralement. Une manière efficace par tant d’autres de le piéger, consiste à badigeonner celle-ci de préparation à base de plantes “brulantes”.

Le souklian se trouve puni puni pour ses méfaits, car obligé de remettre sa peau, il souffrait le martyr à son tour. Et quelquefois même, ne pouvant le remettre à cause des brulures, il est voué à disparaitre définitivement du lieu qu’il hante. La plante majeure utilisé dans ce mauvais tour, est bien entendu, le piment -Capsicum – . On utilisera indifféremment le bonda man Jak ou le piman-zwézo.

Beaucoup de réflexion sont menées sur cette coutume d’utiliser des plantes “brulantes” pour détourner le Mal cherchant à s’immiscer dans les maisonnées. Certains auteurs font le parallèle avec le fait que les esclaves, après avoir été fouettés, étaient systématiquement frictionnés avec une préparation à base de citron et de piment.

D’où le nom de “pimentade” donnée à cette préparation. C’est -nous explique le père Labat toujours très prolixe pour justifier le système servile -, une saumure dans laquelle on a écrasé du piment et des petits citrons. Cela cause une douleur horrible à ceux que le fouet a écorchés, mais c’est un remède assuré contre la gangrène qui ne manquerait pas de venir aux playes.

D’autres espèces “brulantes” participent à ce processus de prévention apotropaïque travesti. On a bien entendu, l’ortie et d’autres espèces dont le nom comporte le mot “piment”, même si d’ailleurs elles ne “brulent” pas véritablement mais sont simplement mordicantes, acres ou vésicantes.

Les plus connues sont : le “mahot-piment”l’akaya blanle piman-tè et le “piman-bèf”. L’écorce du premier : maho piman est brulante et vésicante. Les Kallinagos d’ailleurs, font une décoction avec ses feuilles et l’utilisent en ablutions contre les “piayes”.

C’est une plante qui joue rôle dans la protection des maison contre les mauvais esprits. Pour cela, il faut en faire des liens ou des croix aux quatre coins de la maison. Il joue le rôle d’un insecticide quand on le met au cou des cochons.

Une corde de mahot piment placé autour des reins sert à soulager les maux de ces organes.

Ajoutons que, comme toutes les espèces comportant le mot mahaut (maho), lequel désigne les cordages en langue Kallinago, elle est quelquefois utilisée pour la confection de cordelettes.

Sources:
-Plantes magiques de la Martinique et des Petites Antilles Livre I d’Emmanuel Nossin
L’abc du magico-religieux de Geneviève Leti


Vous aimerez aussi

dlo coucoune

Dlo-coucoune

L'enfant et le quimboiseur

L’enfant et le quimboiseur

magico religieux créole

Le magico-religieux créole

9-histoires-de-quimbois

9 histoires de quimbois : faits vécus de sorcellerie au Antilles

la grande drive des esprits

La Grande Drive des esprits

L-Homme-au-Baton

L’homme-au-Bâton


Laissez un commentaire



Mon Instagram

Poutji man kondané san man fè ayen
Jéni lasosiété tjwé mwen,
Man èspozé san mò
Pétèt man té ké pli kontan, di man té lajòl,

Man wont épi an kò lib
Ki pa ka fè mwen mal piès koté
Man lévé, man kriyé, man hélé
Man rivé konpran an lavi san lépé

San été san soley
Manman mwen ba mwen an tjè
Yo krazé'y, yo brilé'y
Man pèdi lékilib

Man pa menm pé réfléchi
Karès visib pa pou ich kongo
Man kon an bato pèdi dan bouya
Ki ka fonsé an tout sans

San'y sav la'y ka alé
Man entjèt kon an tatjèt dan an finèt
Si rété an karès sé pa ba ich kongo

Yo lé wè'w touni an tèt d'Eugène Mona
...

650 19

Une mère antillaise lors de la Toussaint, c'est une dame qui apporte son paréo de ménage au cimetière pour récurer le caveau familial.

Puis elle va babiller derrière toi car tu n'as pas bien arrangé les fleurs sur la tombe. Et si par malheur, il lui reste encore de l'énergie, elle va nettoyer devant toutes les tombes de l'allée :

"Des faveurs qui sont là ében bondié !"

#martinique #toussaint #caribbeanlife #antillais #sonjé #tradition #martiniquaise
...

812 10

À l'approche de la Toussaint, je voulais partager avec vous, mes souvenirs d'enfance. Conter ces beaux moments qui ont une grande place dans mon coeur. D'ailleurs on ne comprenait pas pourquoi je disais que je preferais cette periode par rapport à la Noël et le Carnaval.

Vous n'imaginez même pas toute la vibes que dégageait le cimetière de Saint-Pierre dans les années 90. Je ne vous parle pas de souffrance et mélancolie suite aux differentes tragédies (esclavage et éruption de Mussieu Pélée), hanhan, je vous parle de communion et festoyement entre la vie et la mort.

Podcast disponible sur le site (lien dans ma bio) et sur Spotify, Deezer, Podcast Addict, Amazon music, Soundcloud.

#toussaint #bokantaj #sonjé #martinique #caribbean #caribbeanlife #caribéennes #martiniquaise #antillais #antillaise
...

197 5

Octobre est le mois pour rendre hommage à notre riche langue. De ce fait, je vous propose 7 livres pour apprendre à l'écrire et surtout à le lire. Pour commencer, lisez à haute voix pour mieux decortiquer et comprendre le sens de la phrase.

#kreyol #livre #livres #litterature #litteratureantillaise #book #bookstagram #instabooks #instabookclub #livrepeyi #books
...

691 20