skaftafell

Islande, voyage au pays des elfes


Saviez vous qu’en Islande, avant de construire on vérifie si le terrain n’est pas un habitat d’elfe. Mais qui sont ils?

Le légendes

Les légendes islandaises regorgent de créatures mythiques dont les plus connues sont les trolls et les elfes. Il faut avouer que le climat de l’Islande se prête volontiers à ce genre de superstition. L’obscurité quasi permanente en hiver, le brouillard fréquent qui s’abat sur ce paysage rude et sauvage, le silence des hauts plateaux laissent facilement l’imagination vagabonder. Errer parmi les rochers noyés dans le brouillard est une expérience inquiétante.

Pas étonnant donc, qu’aujourd’hui encore, un islandais sur deux croit à l’existence du huldufólk, le peuple caché. C’est le nom donné aux elfes. Certains prétendent même les voir ou leur parler. Ils habitent les rochers et les collines. Ils ont la réputation d’être beaux, minces, petits comme des enfants, malins, espiègles, bienveillants ou indifférents aux hommes. En fait, ce sont les enfants cachés d’Adam et Eve.

Les elfes

La légende raconte que Dieu rendit visite à Adam et Eve mais qu’Eve n’eut pas le temps de laver tous ses enfants avant son arrivée. Elle ne lui présenta donc que les propres et cacha les autres à sa vue mais Dieu ne fut pas dupe et décréta que puisque c’était ainsi, les enfants qu’elle lui avait cachés le resteraient à tout jamais aux yeux des hommes. Ainsi les elfes sont invisibles sauf s’ils souhaitent se montrer. Ils vivent en parallèle de notre monde et tant qu’on les laisse tranquilles, ils nous laissent tranquilles.

Dans les années 70, une route en construction dans la banlieue de Reykjavik dut être déviée afin de contourner une colline où vivaient des elfes. Un médium avait prévenu les autorités mais n’avait pas été pris au sérieux. Après divers incidents et pannes de machines, ses propos furent enfin pris en compte et le tracé de la route modifié. Avant de construire, les islandais font appel à des voyants pour identifier les rochers susceptibles d’être “habités” pour éviter tout incident.

Vous remarquerez peut-être aussi dans les jardins islandais la présence de quelques pierres entassées dans un coin sauvage. Il s’agit d’habitat pour les elfes. Quand on construit une nouvelle maison, la tradition veut qu’on réserve une petite place aux esprits qui habitaient les lieux auparavant afin de rester en bons termes avec eux et s’assurer de leur bienveillance.

Les trolls

Quant aux trolls, c’est une autre paire de manche. Ils sont méchants, cruels, infiniment laids, forts et trapus mais plutôt bêtes. Ils vivent dans des grottes et se nourrissent de chair humaine ou à défaut de bétail. Ce sont l’équivalent de nos ogres. Quand une trollesse capture un homme, ce n’est pas toujours pour le manger. Elle peut le réduire en esclavage et si celui-ci n’a pas réussi à s’échapper dans les deux ans, il se transforme définitivement en troll.

Leurs points faibles c’est la boisson et les rayons du soleil. Dès que le jour se lève, si le troll n’a pas regagné sa caverne, il est changé en pierre irrémédiablement. Un conte populaire raconte comment un homme a réussi à échapper à un groupe de trolls en leur offrant de la bière (malt) pendant toute la nuit, leur faisant oublier toute prudence et notion du temps. Ils furent surpris par le lever du jour et pétrifiés à tout jamais.

Parmi les légendes islandaises, on retrouve aussi des géants malfaisants qui chevauchent le toit des fermes les jours de tempête, des revenants à l’apparence humaine qui attirent les vivants et les emportent avec eux dans l’au-delà ou des esprits tutélaires qui apparaissent pour avertir d’un danger ou d’une mort imminente.

Dernières petites anecdotes au sujet des revenants qui hantent les sagas islandaises. Lorsqu’un homme mourait chez lui dans son lit, on détruisait une cloison pour sortir le cadavre ou on creusait un trou sous le mur de la maison plutôt que de le faire passer par la porte. Ceci afin qu’il ne puisse pas retrouver son chemin pour revenir hanter les vivants. Et pour éviter qu’il n’entraîne les jeunes filles en les interpellant par leur prénom, il était coutume de baptiser les filles Gudrun (rune de Dieu), car les fantômes – c’est bien connu – du moins en Islande – sont incapables de prononcer le nom de Dieu (Gud en islandais).

Vous pouvez également découvrir mon voyage en Islande

L’école des elfes en Islande

Sources:
-Photovoyage
-Mon voyage en Islande
-Arte: Islande, voyage au pays des elfes


Vous aimerez aussi

stocklom

Petit Séjour à Stocklom

roman l'esclave islandaise

L’esclave islandaise

oslo norvège

Escapade à Oslo

groseille

Les groseilles de novembre

snake

L’homme qui savait la langue des serpents


Laissez un commentaire



Mon Instagram

Poutji man kondané san man fè ayen
Jéni lasosiété tjwé mwen,
Man èspozé san mò
Pétèt man té ké pli kontan, di man té lajòl,

Man wont épi an kò lib
Ki pa ka fè mwen mal piès koté
Man lévé, man kriyé, man hélé
Man rivé konpran an lavi san lépé

San été san soley
Manman mwen ba mwen an tjè
Yo krazé'y, yo brilé'y
Man pèdi lékilib

Man pa menm pé réfléchi
Karès visib pa pou ich kongo
Man kon an bato pèdi dan bouya
Ki ka fonsé an tout sans

San'y sav la'y ka alé
Man entjèt kon an tatjèt dan an finèt
Si rété an karès sé pa ba ich kongo

Yo lé wè'w touni an tèt d'Eugène Mona
...

673 19

Une mère antillaise lors de la Toussaint, c'est une dame qui apporte son paréo de ménage au cimetière pour récurer le caveau familial.

Puis elle va babiller derrière toi car tu n'as pas bien arrangé les fleurs sur la tombe. Et si par malheur, il lui reste encore de l'énergie, elle va nettoyer devant toutes les tombes de l'allée :

"Des faveurs qui sont là ében bondié !"

#martinique #toussaint #caribbeanlife #antillais #sonjé #tradition #martiniquaise
...

812 10

À l'approche de la Toussaint, je voulais partager avec vous, mes souvenirs d'enfance. Conter ces beaux moments qui ont une grande place dans mon coeur. D'ailleurs on ne comprenait pas pourquoi je disais que je preferais cette periode par rapport à la Noël et le Carnaval.

Vous n'imaginez même pas toute la vibes que dégageait le cimetière de Saint-Pierre dans les années 90. Je ne vous parle pas de souffrance et mélancolie suite aux differentes tragédies (esclavage et éruption de Mussieu Pélée), hanhan, je vous parle de communion et festoyement entre la vie et la mort.

Podcast disponible sur le site (lien dans ma bio) et sur Spotify, Deezer, Podcast Addict, Amazon music, Soundcloud.

#toussaint #bokantaj #sonjé #martinique #caribbean #caribbeanlife #caribéennes #martiniquaise #antillais #antillaise
...

197 5

Octobre est le mois pour rendre hommage à notre riche langue. De ce fait, je vous propose 7 livres pour apprendre à l'écrire et surtout à le lire. Pour commencer, lisez à haute voix pour mieux decortiquer et comprendre le sens de la phrase.

#kreyol #livre #livres #litterature #litteratureantillaise #book #bookstagram #instabooks #instabookclub #livrepeyi #books
...

692 20