uraeus

Uræus et le troisième œil


L’ Uraeus égyptien est l’ornement en forme de serpent qui se trouve placé au centre du front des pharaons.
L’Uraeus est un symbole de la déesse Ouadjet, l’une des premières déités égyptiennes, qui était souvent représentée en tant que cobra. Le centre de son culte était à Per-Wadjet, appelé plus tard Buto par les Grecs.

Ouadjet - Vikidia, l'encyclopédie des 8-13 ans

Elle devint la patronne du Delta du Nil et la protectrice de toute la Basse Égypte, donc son image était portée par les pharaons en tant qu’ornement de la tête, avec le corps de Ouadjet au-dessus de la tête ou en tant  que couronne encerclant la tête, faisant toujours en effet partie de leur couronne, indiquant sa protection et en tant que revendication de la terre. Le pharaon était reconnu uniquement par le port de l’uraeus, qui transmettait la légitimité au  souverain.

C’est une représentation de la déesse-serpent que l’on appelle « œil brûlant de Rê ». Cette image du serpent est placée au centre du front, à l’emplacement exact du troisième œil que les Hindous appellent « œil de Shiva » ou « ajna chakra ». Shiva est, comme Rê, un dieu solaire, le dieu du feu purificateur et destructeur.
L’ouverture du troisième œil ou œil spirituel est liée pour les Hindous à l’éveil de la « Kundalini shakti », l’énergie primordiale qui siège à la base de la colonne vertébrale et que l’on représente sous la forme d’un serpent lové.

Ainsi la déesse-serpent, l’uraeus des Egyptiens, est comme la Kundalini des Hindous, l’énergie purificatrice et transformatrice qui fait de l’être un « éveillé », un « illuminé ». Sa représentation au front des pharaons laisse entendre que ces derniers recevaient une initiation spéciale”

L’uraeus des pharaons était le symbole de ce pouvoir lié à l’éveil des centres de force dans l’homme et à la libération du feu intérieur. L’existence de ces flux animant les chakras et sa relation avec la colonne vertébrale (autour de laquelle vient se lover le serpent) est clairement donnée par le texte des Pyramides:

Téti est le serpent, le taureau de l’énnéade divine (il) engloutit ses sept uraeus, ses sept sont devenus les vertèbres de son cou.
Ces sept commandent les trois énnéades divine qui obéissent à ces paroles (ou ordres) ».

Les sept sont les vertèbres cervicales au nombre de 7, les trois ennéades (3 x 9) correspondent aux 27 vertèbres (en ne comptant pas les cervicales) formant l’ossature de la colonne vertébrale.
Les 7 uræus ne sont autres que les sept têtes de cobra (ou chakras) en état d’éveil c’est a dire d’activités.

La possession du Ka supérieur permet alors l’union Râ-Maât, symbolisé par le troisième oeil Horien, l’uræus frontal, la montée du serpent de feu, c’est a dire la naissance au réel; car connaissance est conscience de la réalité, de la Vérité (Maât).

Sources:
Les cités magiques de Jean-Michel Angebert
-Métaphysique égyptienne: la sagesse secrète, concepts et pratique de Michel Cataneo
-Dictionnaire des symboles de Jean Chevalier et Alain Gheerbrant


Vous aimerez aussi

nil

L’Egypte

abou simbel

La civilisation égyptienne, une civilisation nègre

langue africaine

La diffusion des langues africaines, source de contradiction

noun

Nanni nannan

i^puwer

Les dix plaies d’Egypte : décryptage

porc

Les origines de l’interdiction du porc


Laissez un commentaire



Mon Instagram