les dieux sumériens

Les Dieux Sumériens


Le pays de Sumer est un territoire qui couvre le Sud de la Mésopotamie antique. Cette civilisation émerge vers la fin de la période d’Uruk (3400 à 3100 av J.C).
Les fouilles archéologies et les tablettes cunéiformes ont permi de mettre en évidence l’une des plus ancienne croyance.

La cosmogonie sumérienne

Selon leurs croyances, l’univers visible est représenté d’une demi-sphère. Dont la Terre (Ki) est la base et le ciel la voûte. Cette ensemble ciel et terre était nommé An-Ki.
En effet la Terre était un disque plat entouré par une mer. Cette mer était la fin de leur monde, c’est-à-dire l’horizon de la Méditerranée et le fond du golfe Persique. La partie supérieure de cet ensemble était le ciel (An) et la partie inférieure, le domaine invisible (Kur/enfer). Tout ceci flottait dans la mer primordiale et cosmique infini.

La mer originelle est la mère de toute chose. Créatrice de toutes choses, elle a donné naissance au ciel et à la Terre. Au commencement, ce couple assimilé à des dieux en apparence humaine (Dieu An (Ciel) et Déesse Ki (Terre)) donna naissance au Dieu de l’air Enlil et Dieu des eaux Enki.
Enlil fruit de cette union, sépara ses parents. Son père emporta le ciel et lui sa mère, la terre. Enlil deviendra alors le dieu suprême qui dirige le monde divin et la Terre. Il aura rôle central dans le panthéon sumérien suivit de An son père ,de Enki son frère et de Ninhursag,compagne de Enki.

Enlil, dieu de l’air

Enlil est le dieu suprême de la religion mésopotamienne antique. Son nom signifie dieu de l’atmosphère, il règne sur tout le monde de vivant. En effet selon les mythes, il possède les tablettes des destinés sur lesquelles sont gravées le sort de l’humanité. Il peut être bienveillant mais également violent. Par exemple dans les différents mythes mésopotamiens du déluge, c’est lui qui déclenche ce fléau sur les hommes.

Malgré sa supériorité dans le panthéon, il a été également punit en exil par les dieux sans remettre en cause sa suprématie. En effet selon le mythe d’Enlil et Ninlil où les hommes n’existaient pas encore, il aurait violé Ninlil suite à une ruse. De cette union nait Nanna, le dieu de la lune. Par ce crime odieux, Enlil sera jugé par les dieux et bannit aux enfers avec Ninlil. Condamnée tous les deux, Enlil mettra en place plusieurs ruses pour encore féconder Ninlil. De leur exil naîtront 3 divinités, Nergal, Ninazu et Embilulu.

Son domaine terrestre est la ville de Nippur. Cette ville abrite le grand temple d’Enlil nommé Ekur. Il est considéré comme la maison de ce dieu. De ce fait, ce temple avait droit à différentes cérémonies et sacrificse afin de servir au mieux Enlil. Par la suite, Ekur deviendra le palais de résidence des rois sous la troisième dynastie d’Ur. Afin de mieux attester leur suprématie sous la bénédiction du grand dieu Enlil.

Enki, dieu des eaux

Enki /Ea dieu des eaux douce et eaux souterraines, est le frère d’Enlil. Il est également le dieu de la connaissance, de la fertilité et de la magie. Il fait partie de la triade des grands dieux sumériens. Enki est souvent représenté comme un homme barbu avec des flots jaillissants de ses épaules ou portant une jarre. Mais représenté également par une tête de bélier ou par un poisson-chèvre.

enki avec ses flots jaillissants
Enki avec des flots jaillissants

Sa résidence principale terrestre est la ville d’Eridu. Il y avait sa demeure, l’Ezuap, près de laquelle s’élevait un arbre merveilleux, un Kishkanu noir. Dont les racines plongeait jusqu’au centre du monde souterrain et dont le feuillage avait l’éclat du lapis-lazuli qui projetait alentours une ombre épaisse comme celle d’une forêt profonde (bientôt un article sur cet arbre qui “représente” le début de l’arbre de vie).

Enki est le père du grand dieu Mardouk. Fruit de son union avec la déesse Ninki. Son fils deviendra sous l’empire babylonien , le dieu suprême. En effet il supplantera Enlil dans le panthéon des divinités.

Selon les légendes, il est l’un des créateurs de l’humanité avec Ninhursarg. Il aurait créé l’homme avec elle avec de l’argile fertile (bientôt un article sur ce mythe). Cette création (l’homme) devait soulager les dieux de leur travail de la terre et de veiller à l’irrigation.

Ninhursarg, déesse mère

Ninhursarg est la grande déesse mère. Elle a de nombreux noms comme Ninmah ou Damkina. La déesse mère a contribué à la création de l’homme avec le dieu Enki. Elle lui donne également de nombreuses progénitures dont le grand dieu Mardouk.

Sources :
L’histoire commence à Sumer de Samuel Noah Kramer
-Mythologica
-Wikipédia
-La mythologie babylonienne de Karine Safa


Vous aimerez aussi

croissant fertile

La Mésopotamie : Le croissant fertile partie 1/2

neolithique

La Mésopotamie : Le croissant fertile partie 2/2

ville Uruk

Uruk, une révolution urbaine 1/2

mythe ancien

La Création du Monde, partie1

mythe ancien

La Création du Monde, partie 2

tablette cuneïforme

Uruk, une révolution urbaine 2/3


Laissez un commentaire



Mon Instagram