neolithique

La Mésopotamie : Le croissant fertile partie 2/2


La culture néolithique permit une sédentarisation des peuples ainsi que l’émergence de la céramique. Les différentes fouilles archéologiques, ont permis de mettre en évidence plusieurs “cultures” au sein du croissant fertile grâce à la diversification et différenciation de la céramique.

Hassuna et Samarra

La culture Hasuna (6500-6000) d’après le nom d’un site au sud de Mossoul, est une région où se développent des communautés villageoises regroupées autour d’un grenier collectif. Puis la culture Samarra (6200-5700), qui tire son nom d’un site au nord de Bagdad, est une évolution de la culture Hassuna. La culture Samarra maîtrisait les techniques d’irrigation rudimentaire et l’usage de la brique crue moulée. Ces sites n’étaient pas très peuplés.

Les 2 première rangées: Culture Samarra
Les 2 dernières rangées: Culture Hassuna
Musée du Louvre

Halaf

La culture Halaf (6000-5100) est un important foyer qui tire son nom d’un site au nord de la Syrie. Elle chevauche et succède à la culture Samarra. Cette culture se diffusa dans toute la Syrie et la Mésopotamie septentrionale. Elle se caractérise par une céramique peinte, et certaines productions caractéristiques de figurines.

La culture Halaf pratiqua les première techniques du scellement, ces cachets seront remplacés dans le temps par des sceaux-cylindrique.

L’hypothèse que la diffusion de cette culture se fit par le commerce de l’obsidiennes ( roche volcanique noir et vitreuse) dont les principaux gisement se trouve en Anatolie n’a toujours pas été confirmé. Cette roche était utilisée pour faire des objets tranchants comme le silex.

Néanmoins, la culture Halaf représente une grande mobilité des populations à travers le Proche-Orient.

La période d’Obeïd

L’époque Obeid tire son nom d’un site au Sud de l’Irak, à proximité de la future ville d’Ur. Cette époque s’étend vers 6500- 4000 ans av Jc. Elle se caractérise par une longue période d’épanouissement de villages de plus en plus nombreux. Cette culture se diffusera du Sud de la Mésopotamie vers le Nord qui deviendra plus tard le fameux pays de Sumer.

La culture Obeid est marquée par le passage d’un système de communauté domestique agricole à un système d’organisation sociale plus complexe. Les communautés sont dirigées par des “chefs locaux” et patriarches, issus des grandes familles. Ils se sont accaparés peu à peu le pouvoir en contrôlant la production agricole.

Cette culture est également marquée par l’émergence d’édifice non domestique. En effet, le site de fouille Eridu en basse Mésopotamie a mis en évidence le premier “temple”. Actuellement les spécialistes ne se sont toujours pas mis d’accord sur l’utilisation de cet édifice. Etait-ce un temple? Un lieu de rassemblement pour les fêtes? Mais il faut noter que le pays de Sumer par la suit considérait le site Eridu comme le plus ancien lieu de culte du Dieu Enki.

Au niveau de la poterie, elle se distingue par une couleur verdâtre parfois recouverte d’un engobe blanc. Et peinte de décors sombres assez épais. Il y’eu un développement du travail de l’ivoire et des pierres dures. Par la suite l’émergence des prémices de la maîtrise de la métallurgie (bracelet, perles, épingle..). Mais cet art sera maîtrisé bien plus tard.

vase époque obeid

Vase en terre cuite, époque Obeid récent
Musée du Louvre

Source:

Wikipédia

La Mésopotamie de Bertrand Lafont, Aline Tenu, Francis Johanna et Phillipe Clancier, édition Bélin.

Le Musée du Louvre


Vous aimerez aussi

les dieux sumériens

Les Dieux Sumériens

croissant fertile

La Mésopotamie : Le croissant fertile partie 1/2

ville Uruk

Uruk, une révolution urbaine 1/2

tablette cuneïforme

Uruk, une révolution urbaine 2/3

Uruk, une révolution urbaine 3/3


Les commentaires sont fermés !



Mon Instagram

Plantes médicinales et aromatiques de la Caraïbe de Christiane Portécop est un ouvrage destiné aussi bien aux enseignants qu'aux associations et personnel d'encadrement qui souhaitent realiser un projet relatif aux plantes médicinales. Ce livre interessera sans nul doute un plus large public qui pourra ainsi entreprendre un voyage instructif et formateur dans l'univers du patrimoine caribéen.

Un massage énergétique de @massage_lodisy contre les douleurs, refroidissement ou encore de dégagement, etc vous sera proposé par Christelle.

Jeu exclusivement pour les résidents de l'île de la Guadeloupe.

#jeuconcours
...

80 22

Ce roman trace sans complaisance un portrait plus qu’acide de l’homme politique. Il lance une autre réflexion sur les mythes fondateurs d’Haïti et aborde le sujet tabou des relations entre le pouvoir et les sociétés secrètes.

En effet, sur cette île tout comme les autre, ce ne sont pas les urnes qui régit la politique mais bel et bien les cimetières. Lieu de rencontre entre les politiciens et les sosyete, loup-garou, esprits et d’autre entités nocturnes qui commandent la nuit.

Hannibal Sérafin grand ambitieux politicien est prêt à tout pour devenir le prochain président quitte à laisser Agwe, dieu des eaux koké douze fois sa belle femme sur une barque sacrée. Mais dans cette course effrénée vers le pouvoir, un diable estime qu’il est temps pour lui de sortir de sa montagne pour assouvir sa vengeance.

Heureusement, que la mambo Sorel veille à l’harmonie, tout en rendant fou d’amour et de passion Sonson Pipirit un ancien politicien, en le faisant jouir en haut d’un arbre sacré. Selon lui, la mambo Sorel transformée en loup-garou éveille chaque particules de son corps en le dévorant sur les autels sacrées. Ceux qui feront les offusqués, ne connaissent pas ce genre de plaisir délirant !

Un conflit cosmique, où l’humour est mêlé à un érotisme coloré et fantastique. Encore une belle œuvre de @garyvictor7

#livrestagram #livres #livresaddict #booklover #books #instabook #litteraturecaribeenne #litteraturehaitienne #roman #instabookclub #lecturedujour #lecturesdumoment #bookstagrammer #bookaddict #livrepeyi #avislecture #lire #haïti #caraïbes #littérature #afrobook
...

57 3