croissant fertile

La Mésopotamie : Le croissant fertile partie 1/2


Le croissant est un espace ouvert, au carrefour des continents asiatique, européen et africain. Il est délimité à l’ouest par la côte méditerranéenne et à l’est par la chaîne du Zagros qui sépare l’Irak du plateau iranien; au nord il est bordé par la chaîne du Taurus qui s’étend au sud-est de l’actuelle Turquie, au sud par les marges septentrionales du désert d’Arabie et par les eaux du golf arabo-persique.

Durant les derniers dix milles ans, cette zone a subi quelques variations climatiques sans grand bouleversement: phase de sécheresse, d’humidité, climat aride et d’instabilité du cours des fleuves.

Les peuples

Les peuples qui y résident parlent majoritairement les langues sémitiques. Les langues sémitiques sont un groupe appartenant aujourd’hui à l’arabe et l’hébreu actuel. Elles se distinguent entre autre par leurs racines trilitières (composée de 3 consonnes). Ces peuples cohabitaient avec d’autres populations parlant d’autres langues.

La naissance de l’agriculture

Depuis la nuit des temps, le régime alimentaire des hommes étaient la chasse, la cueillette et la pêche. Puis l’apparition de l’agriculteur et de l’élevage entraîna la sédentarisation des populations.

Ceci permit à l’homme de maîtriser et de changer son rapport avec son environnement comme le souligne l’archéologue Jean-Paul Demoule : “les chasseurs-cueilleurs se pensaient comme une espèce animale parmi les autres, au Néolithique, l’homme se dénature pour se penser comme distinct du reste du vivant.”

Le Croissant fertile fut avec la Chine, l’un des plus anciens lieux de naissance de l’agriculture. La mise en place de l’agriculture a été progressive, étalée sur plusieurs milliers d’années. Elle coexistait avec les cueillettes de céréales sauvages. En effet au début, ils cultivaient certains produits pour combler certaines lacunes saisonnières de la chasse et de la cueillette. Les scientifiques sont unanime sur le fait que l’apparition de l’élevage et de l’agriculture n’étaient pas dus à un besoin purement économique.

La progression de la culture néolithique fut discontinue dans le temps. En effet il y’eu une alternance entre des phases de progression, de régression, de stagnation en fonction des périodes climatique.

Les communautés agricoles

Vers 10 000 avant notre ère, commença les premiers signes de la révolution agricole. Tout d’abord au Levant en Palestine puis dans les collines du croissant fertile, tout en progressant vers le Taurus. Les premières récoltes fut l’orge, le blé, des légumineuses (pois et lentille). Puis la culture d’arbre fruitier comme le palmier dattier.

L’élevage débuta avec l’élevage des chèvres et des moutons (pour le lait, la viande, la laine et le cuir). Puis les porcs, les bœufs, et bien plus tard les ânes.

Vers 7000 ans, émergea les premières productions de céramique. Grâce aux fouilles archéologiques, on constata la production de jarres, des plats ou des pots chargés de décors sophistiqués. Puis avec l’évolution de la technique de poterie, il y’eu une production à la chaîne en délaissant petit à petit l’art du décor.

A partir du VIIe-VI millénaires, on observe une diversification et une différenciation de modèles régionaux, qui amènent à distinguer les différentes “cultures”.

Source:

Wikipédia

La Mésopotamie de Bertrand Lafont, Aline Tenu, Francis Johanna et Phillipe Clancier, édition Bélin.


Vous aimerez aussi

les dieux sumériens

Les Dieux Sumériens

neolithique

La Mésopotamie : Le croissant fertile partie 2/2

ville Uruk

Uruk, une révolution urbaine 1/2

tablette cuneïforme

Uruk, une révolution urbaine 2/3

Uruk, une révolution urbaine 3/3


Laissez un commentaire



Mon Instagram

Poutji man kondané san man fè ayen
Jéni lasosiété tjwé mwen,
Man èspozé san mò
Pétèt man té ké pli kontan, di man té lajòl,

Man wont épi an kò lib
Ki pa ka fè mwen mal piès koté
Man lévé, man kriyé, man hélé
Man rivé konpran an lavi san lépé

San été san soley
Manman mwen ba mwen an tjè
Yo krazé'y, yo brilé'y
Man pèdi lékilib

Man pa menm pé réfléchi
Karès visib pa pou ich kongo
Man kon an bato pèdi dan bouya
Ki ka fonsé an tout sans

San'y sav la'y ka alé
Man entjèt kon an tatjèt dan an finèt
Si rété an karès sé pa ba ich kongo

Yo lé wè'w touni an tèt d'Eugène Mona
...

673 19

Une mère antillaise lors de la Toussaint, c'est une dame qui apporte son paréo de ménage au cimetière pour récurer le caveau familial.

Puis elle va babiller derrière toi car tu n'as pas bien arrangé les fleurs sur la tombe. Et si par malheur, il lui reste encore de l'énergie, elle va nettoyer devant toutes les tombes de l'allée :

"Des faveurs qui sont là ében bondié !"

#martinique #toussaint #caribbeanlife #antillais #sonjé #tradition #martiniquaise
...

812 10

À l'approche de la Toussaint, je voulais partager avec vous, mes souvenirs d'enfance. Conter ces beaux moments qui ont une grande place dans mon coeur. D'ailleurs on ne comprenait pas pourquoi je disais que je preferais cette periode par rapport à la Noël et le Carnaval.

Vous n'imaginez même pas toute la vibes que dégageait le cimetière de Saint-Pierre dans les années 90. Je ne vous parle pas de souffrance et mélancolie suite aux differentes tragédies (esclavage et éruption de Mussieu Pélée), hanhan, je vous parle de communion et festoyement entre la vie et la mort.

Podcast disponible sur le site (lien dans ma bio) et sur Spotify, Deezer, Podcast Addict, Amazon music, Soundcloud.

#toussaint #bokantaj #sonjé #martinique #caribbean #caribbeanlife #caribéennes #martiniquaise #antillais #antillaise
...

197 5

Octobre est le mois pour rendre hommage à notre riche langue. De ce fait, je vous propose 7 livres pour apprendre à l'écrire et surtout à le lire. Pour commencer, lisez à haute voix pour mieux decortiquer et comprendre le sens de la phrase.

#kreyol #livre #livres #litterature #litteratureantillaise #book #bookstagram #instabooks #instabookclub #livrepeyi #books
...

692 20