Le pays du soleil levant

Janvier 2018 – 1 semaine

Depuis mon enfance, j’ai toujours été attirée par le culture japonaise. Les mangas culte Dragon Ball Z, Sailor Moon et les chevaliers du zodiaque ont fait partie intégrante de ma petite jeunesse. Lors de ma 26 ème année, j’ai du faire face à quelques mois de chômage suite à mon licenciement économique . De ce fait, j’ai décidé de partit seule à l’aventure pendant une semaine sans hubby, sans ma fille et sans accompagnement au beau milieu du mois de janvier.

Motivée, je réserve mon vol Paris-Tokyo à un prix raisonnable (517 euros) grâce a google voyage. En effet pendant la période hivernale, les prix des vols vers cette destination sont aux alentours de 400 à 600 euros avec escale (durée minimum de 14 heures). Par la suite, je réserve ma chambre d’hôtel dans le quartier de Nihombashi sur l’application Booking (300 euros pour 6 nuits avec petit déjeuner).

Mes réservations faite, j’entame la phase de préparation de mon programme. J’achète comme à chaque voyage un guide touristique pour voyageur indépendant ( guide évasion : Tokyo-Kyoto-Osaka). Puis je déniche le site Keikaku, agence de voyage spécialiste du Japon qui propose différents services qui ma permit de gagner un précieux temps dès mon arrivé à l’aéroport Haneda. Grâce a ce site j’ai pu avoir :

-ma carte de métro tokyoïte Suica rechargeable ( l’équivalent de la navigo en île de France). (15 euros)

-un boitier wifi, pour avoir accès à internet en illimité pendant tout la durée de mon séjour.(à peu près 55 euros)

-un guide personnel pendant une journée, qui s’adapte à mes envies et à mon rythme (156 euros pour 8 heures)

Puis je réserve sur le site Viator, 2 excursions au départ de Tokyo. La première:  découverte du Mont  Fuji (111 euros) et croisière sur le lac Ashi, puis la deuxième, une journée au parc national de Nikko (100 euros). Préparation terminé, j’envisage sur le reste de mon temps de visiter les différent sanctuaire et site touristiques de la ville.

Le Jour J

J’embarque pour un vol de 14 h avec une petite escale en Finlande avec la compagnie Finland Air. Le vol fut agréable, les heures ont défilé assez rapidement. Les sièges était confortable et assez spacieux à mon gout, avec un grand choix de films a visionner.

J+1: Mon amour des transports Tokyoïte

Débarquement à l’aéroport de Haneda vers 7h du matin, je récupère a la poste l’aéroport mon pocket wifi. Puis, je paye mon ticket de bus (aéroport-centre ville, l’équivalent de 7 euros). Au comptoir, ils s’expriment très bien en anglais. Mais comme j’ai un peu de difficulté a parler couramment en anglais , j’ai montré l’adresse de mon hôtel et ils m’ont aimablement indiqué le bon numéro de bus à prendre.

Comme tout Japonais qui se respecte, je fais la queue sagement en attendant mon tour et qu’on m’indique mon siège. Je découvre que les japonais roulent a gauche comme les anglais, heureusement pour moi je n’allais pas conduire.. Suite à 45 min de transport, le bus me dépose à 2 station de métro de mon hôtel (Ligne bleu Tozai Line). Grâce a google maps, je savais quel direction prendre. Car hors de question de me promener avec une carte des transports de la ville comme les touristes à Paris.

Bien évidemment, je fais la queue grâce au marquages pour rentrer dans le wagon, heureusement ce n’était plus l’heure de pointe. Pour une fois , tout le monde attend sagement que les gens débarquent pour qu’enfin qu’on puisse monter….Cette discipline fut agréable, au diable les incivilités à Paris!!! Le wagon propre, sans mauvaise odeur, j’aurai même pu me coucher à terre sans hésitation!! Je me suis assise sans inspecter mon siège , comme j’ai l’habitude de faire sur la fameuse ligne 13.Un bonheur…

Enfin arrivé à mon hôtel, je dépose mes valises, je prends enfin une douche et je comate. J’avais prévue de ressortir aussi vite que possible mais l’appel du lit douillet fut trop fort. Après une bonne petite sieste, je décide d’aller au quartier de Shibuya manger des sushis.

Shibuya , avec ses écrans géants, ses bruits assourdissants et ses filles aux tenue délirante est un quartier incontournable à Tokyo. J’ai pu enfin traverser son grand carrefour en diagonale, avec une foule impressionnante sans que personne se bouscule!! Du jamais vu…

Puis je me dirige vers Uoebei sushis, un restaurant robotisé qui est parfait pour les voyageur solitaire. Je m’installe devant ma tablette, et je commande mes sushis. Suite à ma commande, mes sushis arrive par un tapis roulant et s’arrête devant ma section. Un délice, enfin des sushis made in Japan. Tout se petit plaisir m’a coûté  que 4 euros pour 6 sushis et une bonne soupe miso. En effet, manger au restaurant au japon revient moins chère que faire ses courses….

J-2: Oooooohh Mont Fuji

Le mont Fuji est une montagne sacré, qui a une grande place dans la culture japonaise. La mont se situe au sud ouest de l’agglomération de Tokyo. Après avoir embarqué dans le bus à la station de départ de l’excursion, j’entame un long trajet vers cette montage qui fascine les japonais.

Pendant mon trajet, mon guide m’explique en long et en large le culte du mont Fuji, son histoire, sa place dans la société japonaise ect etc. J’ai même eu le temps d’apprendre une chanson sur cette montage et de faire un origami qui le représente. Ce fur un moment très instructif pour moi surtout que c’était en anglais…

Suite à notre trajet, nous arrivons enfin au pied du Mont Fuji , mon portable affiche -3°c…misère. Pas le temps de flâner, on prends vite les photos, tellement qu’il faisait froid. Mais j’ai quand même eu le temps d’apprécier la plénitude de ce beau paysage.

Ensuite, nous nous sommes dirigés vers une petite ville dont j’ai oublié le nom. Cette petite ville pittoresque borde le lac Kawagushi, encore une fois la beauté du paysage est au rendez vous. Par la suite, après avoir mangé un repas plus que copieux, nous reprenons la route vers le lac Ashi.

Enfin arrivé au bord du lac Ashi, je me laisse tenter en achetant des biscuits en forme de mont fuji pour accompagné mon thé. Suite à mon embarcation sur le bateau, je décide de prendre place sur le ponton pour admirer le défilé des paysage. En l’espace de 30 min, malgré le vent, je découvre une splendeur indescriptible. J’ai pu apercevoir un torii dans le lac , et me laisser bercer par les recits des légendes de dragons.

Après ma petite croisière, j’embarque dans une télécabine. Ce moyen de transport, nous emmène vers une haute colline qui m’a permise d’admirer en hauteur le Mont Fuji ainsi que le lac Ashi. Petit plus, la présence d’un torri au point culminant qui m’a offert de très belles photos.

Après plus de  10 heures d’excursion, je décide de manger au Macdonal’s près de mon hôtel. Je découvre le fameux Big Mac sauce ramen!!! Une tuerie!! je regrette de n’avoir mangé ce burger qu’une fois…..

J+3: Nikko Tosho-gu, une perle

« Il était une fois, Hidetada du clan Shogun construit un magnifique et gigantesque mausolée pour son illustre père Tokugawa Ieyasu »

En effet, ce sanctuaire qui fait partie du patrimoine mondiale de l’Unesco, est un bijoux a ne surtout pas maquer. Situé dans une foret, par un temps hivernale, je me suis aisément laissé transporter dans l’ambiance  XVIIé siècle japonais. L’architecture est unique et envoûtante. Si vous avez du temps, foncez sans aucune hésitation!!

Suite à ma visite, j’ai bien évidemment fait calligraphier le nom du sanctuaire sur mon livre de calligraphie par les moines. Puis nous avons un peu visité la ville de Nikko ainsi que le  lac Chuzenji. Et en dernier nous avons pu admirer très brièvement les fameux singe de neige, aussi rapide que l’éclair. Qui n’ont pas manqué à mainte reprise de dépouiller les touristes…

J+4: We love Tokyo

Découverte de cette superbe ville avec mon guide personnel. Tout d’abord, nous avons visité le fameux temple senjo-ji. Il est le plus vieux temple bouddhiste de la capitale japonaise et situé dans le quartier d’Asakusa. Ainsi que ses boutiques aux alentours, parfaite pour acheter de nombreux souvenirs. Grand coup de cœur pour ce quartier, j’y ai même déniché le fameux Yamazaki single malt whisky, en rupture de stock presque partout.

Puis, mon guide m’a fait découvrir le quartier d’Ueno « plaine en hauteur ». Ce quartier est composé d’un grand parc, ainsi que la marché mythique de Tokyo. En effet, j’y ai trouvé des produits plus qu’originaux pour une européenne. Entre les Kikat à la mandarine, au saké, à la glace, les brochettes de pieuvres, biscuits aux algues je ne savais plus quoi choisir…….

Courses faite, nous nous dirigions vers le quartier authentique de Yanaka. Les quartiers de Yanaka, Nezu et Sendagi, quin font partie de Sitamachi (ville basse de tokyo), sont appelés collectivement « Yanessen ». On y trouve autant de temples et de sanctuaires que d’églises à Rome!

En longeant la rue commerçante Yanaka Ginza, j’avais l’impression d’être dans un quartier de l’époque Edo. En effet les battisses, les commerces ont gardé leurs authenticité de l’époque . J’y ai découvert une boutique de thé familial, qui m’ a permise d’acheter du thé vert de qualité ainsi que de jolie tasse traditionnelle pinte a la main. Petit plus ,cette boutique propose des documents en français pour que les nuls comme moi en anglais puisse comprendre la cérémonie du thé.

Malheureusement , je ne retrouve plus l’adresse de cette boutique, mais la seule grande boutique de thé de cette rue, donc immanquable. Et je ne retrouve plus mes photo authentique…sniff

J + 5 et 6: Run, run et amour des toilettes tokyoïtes

Pour mes 2 derniers jours, j’ai couru partout afin de visiter le maximum de chose. Tout d’abord, je suis retourné au quartier de Yanaka afin de remplir encore mes stocks de thé. En effet, se promener avec pleins de sacs c’est fatiguant.

Puis j’ai visité le sanctuaire Meiji-jingu, grand sanctuaire shintoïste. Ce sanctuaire est un lieu très prisé pour les mariage traditionnel et pour fêter le nouvel an. J’ai eu la chance, d’assister de loin à une fin de cérémonie shintoïste. La procession des moines fut très apaisantes et envoûtante.

Ensuite, j’ai exploré d’Akihabara, le grand quartier électronique et mangas. Il est composé de nombreux immeuble d’au moins 10 étages, dédié aux mangas (figurines, jouets, ustensiles de cuisines etc et même de sex toy Totoro..)

Sachez que les distances entre chaque site sont très grande, donc imaginez le temps de fou que j’ai passé dans le métro. …et surtout le temps a longer les rues. Mais sans regret, car flâner dans les rues tokyoïte fut un agréable plaisir

Je tenais à écrire sur la grande propreté des toilettes. Je pensais que c’était un mythe….mais sachez que non!!Que se soit les toilettes d’une station de métro, d’un parc, d’un restaurant, d’un magasin etc elles sont impeccable. Une bonne odeur, sol et cuvette propre même brillante avec du papier toilette a profusion!! Je n’avais pas peur de m’hydrater en sachant où que j’aille je trouverai des toilettes propres.

Niveau culinaire, j’ai mangé des soupes de ramen en à toute les sauces possible. Soupe originaire de la Chine, dont les japonais se sont complètement approprié pour mon plus grand plaisir. Je l’ai dégusté au petit déjeuner, en déjeuner et au dîner pour la modique somme de 5 euros. J’ai quand même eu la place dans mon estomac, pour goûter les fameux tonkatsu. Le tonkatsu est un plat japonais à base de porc pané et frit, accompagné généralement d’une salade de choux. Que se soit les soupes ramen et le tonkatsu, ces plats fut un merveille pour mes papilles. Mais pas pour ma ligne…….comme je le dis tout le temps en guise d’excuse on ne vit qu’une fois.

J+7: Que de beau souvenir

Départ de l’hotel vers 4h du matin pour ne pas manquer mon vol matinal. Je quitte cette ville en ayant de bon souvenir, pas un instant j’ai ressentis de la solitude. Bien au contraire, il ‘avait tellement de chose à découvrir, s’imprégner de la vie tokyoïte ne serait ce que pour quelque jours fut une riche expérience. Bien évidemment, je reviendrai mais cette fois ci pour découvrir d’autre ville et avec ma famille…

tokyo la fleur curieuse
tokyo la fleur curieuse
tokyo suschi la fleur curieuse
tokyo la fleur curieuse
tokyo la fleur curieuse
tokyo la fleur curieuse
tokyo la fleur curieuse
tokyo nikko la fleur curieuse
tokyo tori la fleur curieuse
tokyo ueno parc la fleur curieuse
tokyo senjo ji la fleur curieuse
tokyo la fleur curieuse 10
tokyo la fleur curieuse
tokyo suschi la fleur curieuse
tokyo la fleur curieuse
tokyo la fleur curieuse
tokyo la fleur curieuse
tokyo la fleur curieuse
tokyo nikko la fleur curieuse
tokyo tori la fleur curieuse
tokyo ueno parc la fleur curieuse
tokyo senjo ji la fleur curieuse
tokyo la fleur curieuse 10
tokyo la fleur curieuse
tokyo suschi la fleur curieuse
tokyo la fleur curieuse
tokyo la fleur curieuse
tokyo la fleur curieuse
tokyo la fleur curieuse
tokyo nikko la fleur curieuse
tokyo tori la fleur curieuse
tokyo ueno parc la fleur curieuse
tokyo senjo ji la fleur curieuse
previous arrow
next arrow

Vous aimerez aussi

abidjan marché

Côte d’ivoire

amsterdam

Ville de la tulipe

stocklom

Petit Séjour à Stocklom

soupe ramen

Kotteri Ramen Naritake

japon calligraphie

Culture Nippone

Le Clan des Otori


Les commentaires sont fermés !



Mon Instagram