Les Dames de Kimoto

Sawake Aryoshi
Roman (japonais)
Parution en 1959

“Le mont Kudo était encore voilé par les brumes matinales de ce début de printemps. La main serrée dans celle de sa grand-mère, Hana franchissait les dernières marches de pierre menant au temple Jison. L’étreinte de la main autour de la sienne lui rappelait que, maintenant qu’elle allait être admise comme bru dans une nouvelle famille, elle cesserait d’appartenir à celle où elle avait vécu les vingt premières années de son existence. “

Mon avis:

L’histoire débute à la fin du XIXe siècle au Japon. Tonoyo doit dire adieu à sa petite-fille tant aimée le jour de son mariage selon la tradition. À partir de ce jour, elle appartiendra à la famille de son époux. L’auteur nous plonge dans l’époque traditionnelle de la société japonaise à travers le destin des femmes de la famille de Tonoyo. En effet, Hana, femme élevée selon la tradition par sa grand-mère, va être confronté au changement de cette société. Elle le vivra à travers ses enfants mais surtout par sa fille Fumio.

Fumio avant-gardiste pour son époque, mettra un point d’honneur à rompre avec les traditions et embrasser la culture occidentale. Ce livre met en avant le conflit idéologique d’une mère qui veut inculquer sa passion pour les traditions et une fille qui les rejette et qui veut au contraire s’en libérer. Malgré ce conflit, ce livre souligne le lien fort et sacré entre une mère et sa fille mais surtout  le lien entre une grand-mère et sa petite fille.

J’ai énormément aimé lire ce livre. En effet, j’ai facilement plongé dans l’histoire. J’ai ressentis la colère de Fumio face aux lourdes traditions des femmes japonaises. Mais j’ai également compris, la “soumission” d’Hana face à son héritage traditionnelle. L’idée qui en sort est très intéressante, car nous devons évoluer avec notre temps sans pour autant oublier notre héritage.


Vous aimerez aussi

Les délices de Tokyo

Le pays du soleil levant

soupe ramen

Kotteri Ramen Naritake

japon calligraphie

Culture Nippone

orochi

Le grand serpent Orochi

La-pierre-et-le-sabre

La pierre et le sabre


Laissez un commentaire



Mon Instagram

Poutji man kondané san man fè ayen
Jéni lasosiété tjwé mwen,
Man èspozé san mò
Pétèt man té ké pli kontan, di man té lajòl,

Man wont épi an kò lib
Ki pa ka fè mwen mal piès koté
Man lévé, man kriyé, man hélé
Man rivé konpran an lavi san lépé

San été san soley
Manman mwen ba mwen an tjè
Yo krazé'y, yo brilé'y
Man pèdi lékilib

Man pa menm pé réfléchi
Karès visib pa pou ich kongo
Man kon an bato pèdi dan bouya
Ki ka fonsé an tout sans

San'y sav la'y ka alé
Man entjèt kon an tatjèt dan an finèt
Si rété an karès sé pa ba ich kongo

Yo lé wè'w touni an tèt d'Eugène Mona
...

716 19

Une mère antillaise lors de la Toussaint, c'est une dame qui apporte son paréo de ménage au cimetière pour récurer le caveau familial.

Puis elle va babiller derrière toi car tu n'as pas bien arrangé les fleurs sur la tombe. Et si par malheur, il lui reste encore de l'énergie, elle va nettoyer devant toutes les tombes de l'allée :

"Des faveurs qui sont là ében bondié !"

#martinique #toussaint #caribbeanlife #antillais #sonjé #tradition #martiniquaise
...

816 10

À l'approche de la Toussaint, je voulais partager avec vous, mes souvenirs d'enfance. Conter ces beaux moments qui ont une grande place dans mon coeur. D'ailleurs on ne comprenait pas pourquoi je disais que je preferais cette periode par rapport à la Noël et le Carnaval.

Vous n'imaginez même pas toute la vibes que dégageait le cimetière de Saint-Pierre dans les années 90. Je ne vous parle pas de souffrance et mélancolie suite aux differentes tragédies (esclavage et éruption de Mussieu Pélée), hanhan, je vous parle de communion et festoyement entre la vie et la mort.

Podcast disponible sur le site (lien dans ma bio) et sur Spotify, Deezer, Podcast Addict, Amazon music, Soundcloud.

#toussaint #bokantaj #sonjé #martinique #caribbean #caribbeanlife #caribéennes #martiniquaise #antillais #antillaise
...

199 5