moun pa ka rifizé moun dlo

Moun pa ka rifizé moun dlo


Antan lontan, quiconque frappait à ta porte, fût-ce-t-il ton pire ennemi, la kokeuse de ton mari, Jojo le clochard kleptomane, le voisin dorlis ou autre, et te demandait à boire, tu devais étancher sa soif. Même si il ne le demandait, tu devais le proposer automatiquement. Pas en étant chiche avec un petit verre, non, tu devais lui montrer la jarre bien rempli d’eau fraîche.

Mon arrière-grand-mère était très stricte sur le sujet. Nous devions toujours avoir de l’eau dans une cruche pour les invités. On devait leur proposer à boire dès qu’ils rentraient dans la maison. Même s’ils n’en voulaient pas on versait quand même l’eau dans un verre pour la personne. Et si l’invité ne buvait pas, on devait jeter l’eau dans la nature. C’est une règle de politesse mais aussi un enseignement spirituel.

Jean-Paul – 75 ans – Martinique

Cette pratique est révélatrice de notre spiritualité ancestrale. Pour nos aïeux, l’eau est le divin en lui même. Dlo sé lavi ! Nul ne doit faire obstacle à sa continuité. L’eau, telle la vie est un bien sacré que nous partageons tous. Un bien commun qui doit être gratuit.

Nos ancêtres accordaient un caractère divin au fluide primordial qu’est l’eau, vu comme image même du divin.Par exemple le Nommo (Eau), la divinité suprême chez les Dogons du Mali. On le retrouve également dans l’ancienne Egypte sous la forme d’Osiris dont il était jadis interdit de prononcer le nom. Sous les traits également de Hapy, le fleuve du Nil qui abreuvait le royaume.

Dans le vodu haïtien, on retrouve cette divinité suprême sous le nom de Danbala Wèdo et Ayida Wèdo. Ce lwa androgyne (masculin et féminin) symbolise la vie (l’eau) et la pureté. Il préside les grandes étapes de la vie. On ne peut pas faire un rituel et ni boire et fumer sans avoir salué ce lwa.

Ma grand-mère disait que l’eau était la vie. Elle avait le pouvoir de fertilité, purification et régénérescence. Un lien entre l’homme, le divin, l’invisible et les ancêtres. Proposer un verre d’eau à l’invité était une sorte de pacte invisible entre les entités des deux personnes. Un gage de paix et de communion sacrée pour éviter un trouble dans la maisonnée.

Man Soso – 68 ans -Martinique

Source :
Sagesses oubliées de la langue dite créole de Djolo


Vous aimerez aussi

ben démaré

Le ben démaré : transmission des traditions

les plantes lanmou

Les plantes lanmou

bon bagay pou kay-la

Bon bagay pou kay-la

La Martinique, l'île des songes

La Martinique, l’île des songes : chronique d’une aliénation de nos rêves

Koté lombwik-ou téré

Koté lonbilik-ou téré ? Décryptage d’une pratique ancestrale oubliée

La magie de la femme

La magie de la femme : la médecine traditionnelle


Laissez un commentaire

Array



Mon Instagram

Comme tous les 12 avril, je célèbre l`anniversaire de mon grand-père maternelle même après son trépas. Je ne vais pas mentir c`est le seul dont je célèbre toujours l`anniversaire car il est impossible à oublier, ne serait ce qu`un peu. Il fut mon poto-mitan, mon refuge quand ça pétait dans ma tête (des émotions trop vives à canaliser).

Et le meilleur moyen d`apaiser qq dans cette situation, c`est de l`envelopper sans parole pour que le calme revienne. C`est pour cela que j`adore particulièrement cette photo, elle résume tout...

C`est également le seul dont je n`arrive pas à entrer en contact. Je n`ai aucun pb à communiquer avec les défunts mais avec lui ayen ! Un gros silence...est ce sa manière de m`envelopper ?

Et là il décide de se manifester, pour me dire quoi?

"Asé pléré man ka flex kò mwen"

🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣

Ok papi ay pété bonb-ou épi roulé fiuuuu. Non mais j`hallucine🤣ce n`est pas du tout son tempérament. Un monsieur calme, posé, réservé etc mais là an mode fêtard. Apparemment lavi-a déyè lanmò-a bèl wè nèg ! Aucun tact tout comme moi sieu 😮‍💨

Kwa senbo
...

1072 23