ben démaré

Le ben démaré : transmission des traditions


Le ben démaré est un bain pour purifier, conjurer un sort ou simplement pour enlever des nœuds qui entravent (domaine de l’invisible) quelqu’un. Il sert aussi à attirer sur soi des influences positives.

Traditionnellement, on prend un bain à l’embouchure d’une rivière en début d’année afin de bien démarrer ce nouveau cycle.

Parmi les plates ablutionnelles couramment utilisées pour le ben démaré, on compte :

Le gwo ten
-Le cassia alata
-L’acacia
-Feuille de citronnier
-Feuille de corossol
-Le mirobolan bâtard
-L’herbe-à-femme
-Le basilic
-La citronnelle

La composition du bouquet peut diffèrer selon les personnes. Selon les affinités, certains mettent des feuilles de paroka, menthe glaciale et du maho-piment.

Es ou sav an ben démaré sé an bagay vodu ?

Traditionnellement la saison Makaya débute le 21 décembre de chaque année et prend fin le 6 janvier de la nouvelle année. Le 21 décembre coïncide avec le solstice d’hiver qui marque la renaissance du soleil.

Makaya dans la langue Kikongo signifie «Feuilles». Makaya c’est la célébration de la Nature et de la purification par les feuilles. Durant cette saison, on nettoie les maisons et les lieux sacrés avec des feuilles vertes et fraiches.

Cette période était aussi célébré par les autochtones du bassin caribéen. Plus les célébrations étaient réussis, plus les récoltes étaient bonnes.

Dans le vodu haïtien, on célèbre les feuilles avec le rite petro (force, combativité, espoir, etc.) dont la salutation est Bilolo. Les trois lwa sollicités sont Granbwa, Simetiè et Karefour.

Maintenant aux Antilles françaises, le bain démarré est devenu une tradition dont l’aspect spirituel n’a plus vraiment d’importance. C’est même une pratique folklorique tolérée par l’Eglise. Alors que renaître spirituellement avec le Soleil est la plus belle harmonisation qui soit avec la Nature.


Vous aimerez aussi

les plantes lanmou

Les plantes lanmou

bon bagay pou kay-la

Bon bagay pou kay-la

La Martinique, l'île des songes

La Martinique, l’île des songes : chronique d’une aliénation de nos rêves

Koté lombwik-ou téré

Koté lonbilik-ou téré ? Décryptage d’une pratique ancestrale oubliée

La magie de la femme

La magie de la femme : la médecine traditionnelle

Le citron

Le citron


Laissez un commentaire

Array



Mon Instagram

Comme tous les 12 avril, je célèbre l`anniversaire de mon grand-père maternelle même après son trépas. Je ne vais pas mentir c`est le seul dont je célèbre toujours l`anniversaire car il est impossible à oublier, ne serait ce qu`un peu. Il fut mon poto-mitan, mon refuge quand ça pétait dans ma tête (des émotions trop vives à canaliser).

Et le meilleur moyen d`apaiser qq dans cette situation, c`est de l`envelopper sans parole pour que le calme revienne. C`est pour cela que j`adore particulièrement cette photo, elle résume tout...

C`est également le seul dont je n`arrive pas à entrer en contact. Je n`ai aucun pb à communiquer avec les défunts mais avec lui ayen ! Un gros silence...est ce sa manière de m`envelopper ?

Et là il décide de se manifester, pour me dire quoi?

"Asé pléré man ka flex kò mwen"

🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣

Ok papi ay pété bonb-ou épi roulé fiuuuu. Non mais j`hallucine🤣ce n`est pas du tout son tempérament. Un monsieur calme, posé, réservé etc mais là an mode fêtard. Apparemment lavi-a déyè lanmò-a bèl wè nèg ! Aucun tact tout comme moi sieu 😮‍💨

Kwa senbo
...

1072 23