mythe de sésé

Le mythe de Sésé : L’origine de la guerre entre les Arawaks et les Caraïbes


Il y avait jadis un Indien Arawak qui recommanda à sa fille Sésé de ne pas se baigner dans un bassin de la rivière quand elle n’était pas bien portante. Un jour, Sésé, oubliant le conseil, alla s’y baigner alors qu’elle était indisposée. Or, dans ce bassin vivait un serpent ” tête chien ” qui, s’emparant de la fille, la rendit mère.

Cependant, cet animal se transformait en homme chaque nuit, et la fille pris l’habitude d’aller le rejoindre près de la rivière, à l’insu de ses parents, lorsque le jour était tombé. Sésé mit un enfant au monde dans la case de sa mère et bientôt, chaque nuit, ce petit pris ses ébats dans le bassin avec son père. Lorsque le jour paraissait, tous rentraient au carbet, le serpent étant caché dans le ventre de Sésé.

Le frère de celle-ci se demandait depuis longtemps pourquoi Sésé avait des graines de balata sans hache pour couper. Un soir, il la suivit: elle se dirigea vers un gros pied de balata où elle s’arrêta, alors le serpent sorti de son ventre, monta à l’arbre, puis, soudain transformé en homme, secoua les branches pour en faire tomber des graines.

Tout ceci fâcha le jeune home qui décida de tuer le serpent, ce qu’il fit le lendemain au moment où l’animal montait de nouveau dans l’arbre; Il le coupa en mille pièces. Sésé, toute peinée, ramassa jusqu’aux plus petit morceaux; elle les enterra et les recouvrit de feuilles.

Quelques lunes après, tandis qu’il chassait de ce côté, son frère entendit venir un grand bruit qui s’arrêta où le serpent était enterré; s’étant approché, il trouva là quatre cases pleines d’indiens: c’était les fils du serpent de Sésé qui furent les premiers Caraïbes. Ceux d’une case étaient content de voir leur oncle Arawak, mais ceux des trois autres cases étaient fâchés parce qu’il avait tué le serpent. Toutefois, les chefs conseillèrent de ne pas tuer leur oncle.

Caraïbes et Arawaks échangèrent des cadeaux et vécurent comme des amis jusqu’au jour où Sésé , devenue vieille et toujours inconsolée, dit aux Caraïbes ses fils de tuer un petit Arawak pour venger le serpent. Ainsi fut fait. Mais les Arawaks tuèrent un petit Caraïbe. C’est comme cela que commença la guerre entre les Caraïbes et les Arawaks qui sont ennemis jusqu’à aujourd’hui.

Extrait de J.B. DELAWARDE, Les derniers Caraïbes, leur vie dans une réserve de la Dominique.


Vous aimerez aussi

tout a man coco

La légende du trou de Madame Coco

pak an pak

Pak an Pak

Copie de Sépan lannuit

Sépan lannuit

Zonbi

Lè zonbi ka kouri an siklòn ka rivé

rat modé lajan

Rat modé lajan

An nou sové

An nou sové kannaval-la


Laissez un commentaire



Mon Instagram

Plantes médicinales et aromatiques de la Caraïbe de Christiane Portécop est un ouvrage destiné aussi bien aux enseignants qu'aux associations et personnel d'encadrement qui souhaitent realiser un projet relatif aux plantes médicinales. Ce livre interessera sans nul doute un plus large public qui pourra ainsi entreprendre un voyage instructif et formateur dans l'univers du patrimoine caribéen.

Un massage énergétique de @massage_lodisy contre les douleurs, refroidissement ou encore de dégagement, etc vous sera proposé par Christelle.

Jeu exclusivement pour les résidents de l'île de la Guadeloupe.

#jeuconcours
...

80 22

Ce roman trace sans complaisance un portrait plus qu’acide de l’homme politique. Il lance une autre réflexion sur les mythes fondateurs d’Haïti et aborde le sujet tabou des relations entre le pouvoir et les sociétés secrètes.

En effet, sur cette île tout comme les autre, ce ne sont pas les urnes qui régit la politique mais bel et bien les cimetières. Lieu de rencontre entre les politiciens et les sosyete, loup-garou, esprits et d’autre entités nocturnes qui commandent la nuit.

Hannibal Sérafin grand ambitieux politicien est prêt à tout pour devenir le prochain président quitte à laisser Agwe, dieu des eaux koké douze fois sa belle femme sur une barque sacrée. Mais dans cette course effrénée vers le pouvoir, un diable estime qu’il est temps pour lui de sortir de sa montagne pour assouvir sa vengeance.

Heureusement, que la mambo Sorel veille à l’harmonie, tout en rendant fou d’amour et de passion Sonson Pipirit un ancien politicien, en le faisant jouir en haut d’un arbre sacré. Selon lui, la mambo Sorel transformée en loup-garou éveille chaque particules de son corps en le dévorant sur les autels sacrées. Ceux qui feront les offusqués, ne connaissent pas ce genre de plaisir délirant !

Un conflit cosmique, où l’humour est mêlé à un érotisme coloré et fantastique. Encore une belle œuvre de @garyvictor7

#livrestagram #livres #livresaddict #booklover #books #instabook #litteraturecaribeenne #litteraturehaitienne #roman #instabookclub #lecturedujour #lecturesdumoment #bookstagrammer #bookaddict #livrepeyi #avislecture #lire #haïti #caraïbes #littérature #afrobook
...

57 3