wanga nègès

Fait insolites en Haïti : Wanga nègès


« Zafe’w si’w kite yo pran’w nan wanga nègès »

Une petite phrase que ma grand-mère disait souvent mais que je ne captais pas vraiment. Aujourd’hui encore ma mère ne cesse de me le dire à chaque fois que mon oncle, son frère passait auprès de nous. Et sur quel ton ! Et quelle mimique ! Elle tchipait et crachait tournoyant sur elle-même en tenant sa jupe, pour faire simple li t’ap taye banda’l.

Il était toujours question de wanga neges, ce petit oiseau qui picorait les arbres. Plus communément connu sous le nom de Sepantye de son vrai nom serpentaire, ou encore appelé secrétaire du fait du drôle de huppe qu’il porte sur la tête. Il vit en couple et est fidèle pour la vie (d’où son efficacité pour
la magie). Quoi de mieux que la fidélité à vie !

Son nom de wanga nègès n’était pas des plus simples. Wanga qui veut dire magie et nègès qui veut dire femme. On utilisait donc cet oiseau pour faire de la magie pour les femmes. C’était toute une histoire. Et grâce à son expérience, ma mère connaissait beaucoup de chose.

Jadis mon oncle et ma mère étaient inséparables tels les doigts de la main. On ne voyait pas ma mère sans mon oncle et vice versa, ils faisaient les quatre cent coups ensembles. De vrais petits diables ! Et aujourd’hui, les voilà comme chien et chat ! Ma mère ne supportait même plus de le voir ni même sa présence, tout ça à cause d’une femme. Yon nègès.

A son adolescence mon oncle était déjà un Don Juan, brisant les cœurs partout où il passait. Quant à ma mère, elle était dans son sillage, elle lui préparait le terrain en lui aplanissant les mottes, lui embellissant plus que de raison… enfin, elle était son agent. Et à chaque fois qu’ils réussissaient à avoir le cœur de la fille, elle leur faisait un petit pourboire.

Voyons l’amour ouvre les bourses de nombres de femme ! C’était ainsi de victoire en victoire, de pourboire en pourboire jusqu’à un vrai pécule. Jusqu’au jour où mon oncle tomba amoureux, oui AMOUREUX de la fille qu’il ne fallait pas.

Tout de suite il voulut se ranger, fonder une vraie famille. D’ailleurs il n’était plus du tout jeune. L’âge augmentait au fil du temps. Ma mère n’avait pas vraiment d’amies à l’exception de la fille du voisin que l’on pourrait considérer comme sa meilleure amie.

Pour cause, elle était folle dingue de du frère de ma mère, tout comme ma mère qui était folle dingue du frère de la voisine. Malgré toute la fougue et la bravoure de ma mère, elle était des plus timides quand il s’agissait d’amour. Et voilà le début de la fin !

Ma mère délaissait son frère un peu plus chaque jour et trainait de plus en plus avec son amie et son frère. C’était l’idylle parfait ! Mais son frère (mon oncle) ne voyait pas les choses du même œil, déjà il avait parlé à ma mère de son amour pour la fille du voisin. Il se mit ainsi à s’inviter systématiquement de la partie.

Apparaissant à chaque fois où l’on ne s’y attendait pas, ils étaient donc obligés de le laisser avec la fille du voisin. Partant d’un problème a un autre, l’attention n’était plus portée sur ma mère mais sur son amie car son frère était des plus jaloux.

Son idylle s’effritait de jour en jour, pour compenser le mal à chacune de ses apparition, mon oncle apportait maints cadeaux pour la fille et pour le frère, achetant ainsi l’amour de l’un et le silence de l’autre.

Ma mère vit rouge, toutes leurs économies étaient partis en fumée rien que pour une fille. Faut dire que le karma était au rendez-vous ! Ma mère changea direct de comportement envers son amie et son vil frère, de son amour pour lui ne restait que brindille.

Elle n’avait plus rien à faire avec eux. Ce fut sans surprise qu’elle a été exclue du clan. Entre temps c’était le grand amour pour mon oncle, fiancés et mariage prévue dans un an. Six mois plus tard, c’était au tour de mon oncle de se faire rejeter.

Sur la paille, au chômage, il ne lui restait plus un sou à force d’avoir tant acheté et séduit sa gente demoiselle ainsi que son frère. Elle s’était barrée avec un homme riche ayant les moyens pour subvenir aux besoins de toute sa famille, elle était donc une mangeuse d’or.

Encore un amour de perdu ! On retrouvera dix au croisement du chemin, mais l’amour démesuré et la jalousie maladive de mon oncle fit le contraire. Il la voulait pour lui tout seul, et si jamais il ne l’avait pas personne ne l’aurait. C’est ainsi qu’il alla trouver le vieux du canton pour quémander son aide.

Amoureux comme jamais, six mois plus tard, ils étaient de nouveau ensemble avec un enfant en route. Mais cette fois dans les règles de l’art, mariés autant devant Dieu que devant sann pa we yo rien qu’avec ce simple petit oiseau. Comment il a fait ? Simple !

Le vieux lui avait conseillé d’utiliser une magie vielle autant que le temps de nos pères, wanga neges. Le serpentaire, ce petit oiseau qu’il faillait juste piller et avec ses petits fragments, puis réciter la prière adéquate et ensuite les jeter dans l’urine de la belle voulu. Et voilà, c’était fait ! C’était dès lors le parfait amour.

Mon oncle filait le parfait amour, et à chaque fois que les yeux de la fille s’ouvraient et que la magie se refroidissait, il réitérait l’expérience, et comme au premier jour ils étaient encore plus amoureux avec encore un bambin en route. La famille s’agrandissait encore et encore. Une ribambelle d’enfant haut
comme trois pommes ne pouvant veiller les uns sur les autres. Eh bien ! si’w manje lajan chango fo’k ou ka peye chango, vle ou pa !

Comment un simple petit oiseau peut autant faire ! Je ne comprends toujours pas. Ma mère se sentait responsable de tout ça, elle avait perdu son frère, son ami de tous les jours. Difficile de croire qu’ils ont été complice un jour. Elle avait supplié mon oncle de ne pas avoir recours à cette magie, mais comme dirait-on l’amour a ses raisons que la raison ignore.

Epi “zafe’w si’w kite yo pran’w nan wanga neges”

Raphlee


Vous aimerez aussi

marassa

Les jumeaux : fait insolite en Haïti

Parler aux morts

Faits insolites en Haïti : Parler avec les morts

Les roches volantes

Faits insolites et mystique en Haïti : les roches volantes

Lariches ak yon ja

Lariches ak yon ja

sosyete

Faits insolites en Haïti : Sosyete

douvan jou

Douvan jou


Laissez un commentaire



Mon Instagram

Poutji man kondané san man fè ayen
Jéni lasosiété tjwé mwen,
Man èspozé san mò
Pétèt man té ké pli kontan, di man té lajòl,

Man wont épi an kò lib
Ki pa ka fè mwen mal piès koté
Man lévé, man kriyé, man hélé
Man rivé konpran an lavi san lépé

San été san soley
Manman mwen ba mwen an tjè
Yo krazé'y, yo brilé'y
Man pèdi lékilib

Man pa menm pé réfléchi
Karès visib pa pou ich kongo
Man kon an bato pèdi dan bouya
Ki ka fonsé an tout sans

San'y sav la'y ka alé
Man entjèt kon an tatjèt dan an finèt
Si rété an karès sé pa ba ich kongo

Yo lé wè'w touni an tèt d'Eugène Mona
...

652 19

Une mère antillaise lors de la Toussaint, c'est une dame qui apporte son paréo de ménage au cimetière pour récurer le caveau familial.

Puis elle va babiller derrière toi car tu n'as pas bien arrangé les fleurs sur la tombe. Et si par malheur, il lui reste encore de l'énergie, elle va nettoyer devant toutes les tombes de l'allée :

"Des faveurs qui sont là ében bondié !"

#martinique #toussaint #caribbeanlife #antillais #sonjé #tradition #martiniquaise
...

812 10

À l'approche de la Toussaint, je voulais partager avec vous, mes souvenirs d'enfance. Conter ces beaux moments qui ont une grande place dans mon coeur. D'ailleurs on ne comprenait pas pourquoi je disais que je preferais cette periode par rapport à la Noël et le Carnaval.

Vous n'imaginez même pas toute la vibes que dégageait le cimetière de Saint-Pierre dans les années 90. Je ne vous parle pas de souffrance et mélancolie suite aux differentes tragédies (esclavage et éruption de Mussieu Pélée), hanhan, je vous parle de communion et festoyement entre la vie et la mort.

Podcast disponible sur le site (lien dans ma bio) et sur Spotify, Deezer, Podcast Addict, Amazon music, Soundcloud.

#toussaint #bokantaj #sonjé #martinique #caribbean #caribbeanlife #caribéennes #martiniquaise #antillais #antillaise
...

197 5

Octobre est le mois pour rendre hommage à notre riche langue. De ce fait, je vous propose 7 livres pour apprendre à l'écrire et surtout à le lire. Pour commencer, lisez à haute voix pour mieux decortiquer et comprendre le sens de la phrase.

#kreyol #livre #livres #litterature #litteratureantillaise #book #bookstagram #instabooks #instabookclub #livrepeyi #books
...

691 20