horror story

Magie noire et blancs zombis : la naissance du vaudou cinématographique


Le vaudou a une grande fortune dans le cinéma, mais il alimente principalement les films d’horreur américains. L’ouvrage célèbre de William B. Seabrook, l’Ile magique (1929), sert de matrice aux films qui, jusqu’ici, offrent les thèmes de zombis, de sorcellerie et de sacrifices humains, en pâture à l’imaginaire occidental.

Ulrike Sulikowski, ethnologue africaniste, montre qu’en détachant ces thèmes de leur contexte culturel et historique, le cinéaste redonne au public ses propres représentations et ses stéréotypes sur les culture noires, et renforce ses attitudes racistes.

En 1929, paraît le Magic Island de W.B Seabrook qui devient vite un des livres les plus diffusés sur Haïti. (…) Il décrit des cérémonies, et insiste expressément sur le fait que ce sont des humains qui sont sacrifiés, même si lui-même ne l’a pas vu. Lorsqu’en 1932, White Zombie, premier et mythique film d’horreur américain, sort sur les écrans, c’est précisément sur Magic Island que s’est appuyé le scénario.

White Zombie raconte l’histoire de Madeleine qui arrive en Haïti pour se marier. Un planteur qui la convoite charge le magicien Legendre de la lui livrer. Voulant la femme pour lui même, il en fait une zombie.

Ce qui frappe, dans ces premiers films d’horreur vaudou, c’est la double application du zombi : comme esclave dédié au travail, et comme transfert sur la femme, objet de la violence masculine, démoniaque devient alors le désir sexuel frustré.

Dans la production cinématographique américaine, le vaudou apparaît, jusqu’à nos jours et de façon ininterrompue, comme un culte satanique, une sorcellerie et une atteinte pathologique ou criminelle. Mais le genre en question semble répondre à une nécessité sociale, en tant qu’il permet l’expression des domaines refoulés, détachés ou réprimés, dans une société où triomphe la représentation rationaliste du monde et le fondamentalisme chrétien.

Une telle société est amenée à inventer “l’autre” ou “l’étranger” comme son équivalent négatif – assimilant du même coup l’irrationnel et la terreur.

Ulrike Sulikowski, Vienne, 1990


Vous aimerez aussi

bougie

La sorcellerie aux Antilles

vaudou en afrique la fleur curieuse

Le Vaudou en Afrique

zangbo

La société secrète initiatique Zangbeto

Notre résistance

Nos superstitions comme vous dites sont notre résistance à l’acculturation!

iboga

L’Iboga, l’arbre miraculeux chez les Mistsogho

la toussaint antilles

La Toussaint aux Antilles


Laissez un commentaire

Array



Mon Instagram

Comme tous les 12 avril, je célèbre l`anniversaire de mon grand-père maternelle même après son trépas. Je ne vais pas mentir c`est le seul dont je célèbre toujours l`anniversaire car il est impossible à oublier, ne serait ce qu`un peu. Il fut mon poto-mitan, mon refuge quand ça pétait dans ma tête (des émotions trop vives à canaliser).

Et le meilleur moyen d`apaiser qq dans cette situation, c`est de l`envelopper sans parole pour que le calme revienne. C`est pour cela que j`adore particulièrement cette photo, elle résume tout...

C`est également le seul dont je n`arrive pas à entrer en contact. Je n`ai aucun pb à communiquer avec les défunts mais avec lui ayen ! Un gros silence...est ce sa manière de m`envelopper ?

Et là il décide de se manifester, pour me dire quoi?

"Asé pléré man ka flex kò mwen"

🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣

Ok papi ay pété bonb-ou épi roulé fiuuuu. Non mais j`hallucine🤣ce n`est pas du tout son tempérament. Un monsieur calme, posé, réservé etc mais là an mode fêtard. Apparemment lavi-a déyè lanmò-a bèl wè nèg ! Aucun tact tout comme moi sieu 😮‍💨

Kwa senbo
...

1072 23