MAAT

L’origine du fameux milan


Mi (Mila, Milan)

Que celui qui s’apprête à donner un Mi, tourne sept fois la langue dans sa bouche avant de parler. Que ce qui sort de ses lèvres soit juste car l’affaire est très sérieuse.
Maat, au sens premier signifie vérité, rectitude, droiture, justice, perfection, justesse, gestion ordonnée. Cette perfection n’est autre que l’ordre de l’Univers qui, aux yeux de nos ancêtres est indépassable.
Maat provient de l’égyptien ancien maa « conduire », »guider », « diriger ». Aussi, toutes les institutions sociales, politiques, juridiques, spirituelles se conforment à elle.

plume maat

Ce principe à survécu à l’Egypte pharaonique à l’image du ciluba: meyi « loi ». Le livre de la sortie à la lumière du jour, livre de la résurrection connu en occident sous le nom de livre des morts montre qu’elle est l’étalon d’après lequel est pesée l’âme du défunt en place de vérité.
Le coeur du défunt est posé sur un plateau de la balance, la plume de la Maat sur l’autre. Si le coeur est aussi léger que la plume, alors, il accède à l’éternité. Si plus lourd, il est dévoré par une bête mythique qui incarne le chaos.

Autrement dit, ce qui est demandé à un humain c’est de pratiquer l’harmonie de la Maat tout au long de sa vie. Toutes les strates de la société se nourrissent de ce principe . Maat, selon les textes des pyaramides, naît des deux premières hypostases de Râ, une fois sorti du Noun de lui-même. L’une d’entre elles, est Shou qui est la vie, l’autre est Tefnout qui est Maat.
Il en résulte que Tefnout et Nefthys sont deux aspects de Maat. Tefnout provient de tf « cracher ».

La graphie de ce verbe introduit la vipère. Elle se dit :
-fée en bulu
-fii en éwondo
-fi en fang
C’est en raison du nom de la vipère fi que le maat incarne l’harmonie.
Cette vipère à corne qui se dit fii, est une valeur mathématique connue pour correspondre à la lettre grecque et valeur phi=1,618, soit le nombre d’or.
L’égyptien ancien: f (il, se, son, sien) est homonyme de méé (son, sien) en bassa. Il est homonyme de mee vérité dans la même langue. Le copte offre plusieurs occurrences du mot vérité que sont: mee, me,mèi, meei,mièe.

Cette vérité, est celle à qui nous devons le woucikam: mi (la) « indiscrétion », « vérité officieuse », « fond de l’affaire », et mi (lan) « indiscrétion », « vérité officieuse », « cancan ».

Aussi dira t-on : Ban mi la! « dis moi ce qu’il en est réellement »

Yo ba mwen an milan « On m’a fait une indiscrétion ».

Donner le mi, ne signifie donc pas de jouer la note mi.

Notre grande Jocelyn Bérouard a fait de « Milan » un tube international. Elle y campe un personnage qui jargonne avec humour sur le compte de son voisinage. Mais de même que toute vérité n’est pas bonne à dire, tout milan ou mi n’est pas vérité. Ceux qui les professent devraient mesurer leur parole. Que leurs propos soient désormais aussi légers que la plume. C’est à ce prix que le Maat agira en eux.

Source:
-Woucikam tome 1: Origine égyptienne de la langue dite créole, décryotage hiéroglyphique de nos us et coutumes de Jean-Luc Divialle.


Vous aimerez aussi

egypte créole

L’origine égyptienne de la langue créole

noun

Nanni nannan

Éloge à la littérature antillaise

Le counia manmanw

galaxie

L’astronomie de l’Egypte ancienne: les bases

kama

Kama, le véritable nom de la terre de nos ancêtres


Laissez un commentaire



Mon Instagram