Le tabou de ma couleur de peau


Lorsque j’étais scolarisée, j’avais appris en cours d’histoire la colonisation des Antilles par les européens. Mais en remontant mes souvenirs, je n’ai pas eu la sensation lors de mes cours d’histoire que la colonisation était décrite comme un crime très grave. Pourtant, j’étais scolarisée à la Martinique, dans une île héritière de cette tragique et abominable période.
À l’époque, je pensais avoir conscience de l’esclavage des noirs et qu’en reparler à chaque fois était une perte de temps. Car pour moi, cela ne me concernait pas, je n’avais pas vu mes grands parents et mes parents enchaînés dans une habitation de canne. Le passée devait rester dans le passée, cela ne concernait pas ma génération.

De plus, je ne savais pas trop me situer, par rapport à ma couleur de peau. Je suis noire avec les cheveux épais et un peu crépus, mais je n’ai pas la couleur de peau avec.
Je suis née avec une couleur très pâle et des yeux bleus, d’ailleurs on me surnommait Blémichou. À ma naissance, on a dû forcément blaguer en disant que j’étais la fille du gendarme. Et de plus, je n’arrivais pas à bronzer à la mer et, on pouvait admirer aisément mes vaisseaux sanguins à travers ma peau. Surtout la nuit, en mode fluorescent…
Bon nombre de personnes disaient que j’avais la peau sauvée, je ne comprenais pas en quoi j’avais une meilleure couleur de peau par rapport aux autres. Car je ne bronzais pas, de ce fait j’étais la cible de nombreuses moqueries. Je trouvais que je faisais tâche par rapport à mon entourage et population de l’île. J’avais certe, des camarades à la peau claire mais pas aussi claire que moi, d’ailleurs eux mêmes me le faisaient remarquer.

Bien évidemment , j’ai demandé à ma mère si j’ai été adopté. Ma branche maternelle est métissage lointain entre des côlons basque et des indiens, sou-poudré d’une petite touche asiatique. Tandis que mon côté paternelle est une mélange entre noirs et indiens. Malgré tout ce brassage de populations différentes, je trouvais que j’étais à part au niveau de l’expression de la mélanine.

Puis habitant en région parisienne, j’ai du mainte fois justifier mes origines. Car je disais que je n’étais pas une métisse, juste noire avec une peau claire. Les gens ne comprenait pas, pour eux si on a cette teinte c’est qu’un de nos parents est forcément blanc. Et si je ne parlais pas, certains pensaient que j’étais d’origine maghrébine, mais mon accent chantant les aidait à me recaser. J’ai du mainte fois leurs dire pour couper court à la conversation, que je possède cette couleur de peau (pâle), car mon aïeul a été violé par son maître (vrai ou pas, en tout cas j’avais la paix).
Ayant cette couleur de peau, les gens oubliaient assez vite mes origines et commençaient à parler ouvertement des noirs, des africains, des antillais, etc. J’ai été témoin de nombreux préjugés et racisme latent envers ma communauté. Et j’ai eu droit à la fameuse phase: “oui, mais toi ce n’est pas pareil.”

En quoi, pour moi cela ne serait pas pareil? Juste parce que j’ai hérité la couleur blanchâtre d’un lointain aïeul?
Cela veut dire, qu’on me considère juste par rapport à ma peau. Et on met en retrait la femme que je suis, qui a été façonnée par la culture antillaise (Afrique, Inde, Asie, Europe, Caraïbes, etc). Je ne suis ni blanche ni noire, pour les “européens” mais la problématique se pose également chez certaines personnes noirs. Donc qui suis je? Suis je obligée de choisir une partie de mes origines en reniant l’autre partie?

Je suis noire, j’ai certe la couleur blanchâtre mais je me considère comme une noire. Et il est regrettable, qu’en 2019 je dois toujours me justifier. L’héritage de l’esclavage me concerne comme n’importe quel descendant de personnes qui a été mis en esclavage. J’aurai pu être de n’importe quelle couleur, cette histoire me concernerait également, car elle concerne tout le monde.
Malheureusement, nous vivons dans une société codifiée par la couleur de peau. On s’estime des êtres évolués, évolués dans la technologie mais certainement pas dans la mentalité.

C’est toute cette problématique par rapport à la couleur de peau, les différences entre les mulâtre, chabins, coolis, etc surtout dans la société créole qui m’a motivé pour comprendre les origines de cette bêtise humaine. Au fil de mes lectures, j’ai aussi découvert de nombreux maux que nous portons toujours, héritage de cette terrible époque. Que je m’efforcerai de partager avec vous.
Je suis juste un femme noire à la peau claire, qui veut faire la paix avec son héritage afin d’être plus légère pour son avenir.

Et toi, qui tu es?


Vous aimerez aussi

rue des syriens

Rue des syriens

livre bal maqué à békéland

Bal masqué à Békéland

la vierge du grand retour

La Vierge du Grand Retour

la panse du chacal

La panse du chacal

la lessive du diable

La Lessive du diable

chabine

Le mythe du Chaben


Laissez un commentaire



Mon Instagram

Poutji man kondané san man fè ayen
Jéni lasosiété tjwé mwen,
Man èspozé san mò
Pétèt man té ké pli kontan, di man té lajòl,

Man wont épi an kò lib
Ki pa ka fè mwen mal piès koté
Man lévé, man kriyé, man hélé
Man rivé konpran an lavi san lépé

San été san soley
Manman mwen ba mwen an tjè
Yo krazé'y, yo brilé'y
Man pèdi lékilib

Man pa menm pé réfléchi
Karès visib pa pou ich kongo
Man kon an bato pèdi dan bouya
Ki ka fonsé an tout sans

San'y sav la'y ka alé
Man entjèt kon an tatjèt dan an finèt
Si rété an karès sé pa ba ich kongo

Yo lé wè'w touni an tèt d'Eugène Mona
...

650 19

Une mère antillaise lors de la Toussaint, c'est une dame qui apporte son paréo de ménage au cimetière pour récurer le caveau familial.

Puis elle va babiller derrière toi car tu n'as pas bien arrangé les fleurs sur la tombe. Et si par malheur, il lui reste encore de l'énergie, elle va nettoyer devant toutes les tombes de l'allée :

"Des faveurs qui sont là ében bondié !"

#martinique #toussaint #caribbeanlife #antillais #sonjé #tradition #martiniquaise
...

812 10

À l'approche de la Toussaint, je voulais partager avec vous, mes souvenirs d'enfance. Conter ces beaux moments qui ont une grande place dans mon coeur. D'ailleurs on ne comprenait pas pourquoi je disais que je preferais cette periode par rapport à la Noël et le Carnaval.

Vous n'imaginez même pas toute la vibes que dégageait le cimetière de Saint-Pierre dans les années 90. Je ne vous parle pas de souffrance et mélancolie suite aux differentes tragédies (esclavage et éruption de Mussieu Pélée), hanhan, je vous parle de communion et festoyement entre la vie et la mort.

Podcast disponible sur le site (lien dans ma bio) et sur Spotify, Deezer, Podcast Addict, Amazon music, Soundcloud.

#toussaint #bokantaj #sonjé #martinique #caribbean #caribbeanlife #caribéennes #martiniquaise #antillais #antillaise
...

197 5

Octobre est le mois pour rendre hommage à notre riche langue. De ce fait, je vous propose 7 livres pour apprendre à l'écrire et surtout à le lire. Pour commencer, lisez à haute voix pour mieux decortiquer et comprendre le sens de la phrase.

#kreyol #livre #livres #litterature #litteratureantillaise #book #bookstagram #instabooks #instabookclub #livrepeyi #books
...

691 20