la panse du chacal

La panse du chacal

Raphaël Confiant
Roman caribéen
Parution en 2004

“À l’heure des grandes famines en Inde, Adhiyamân Dorassamy s’embarque pour une redoutable traversée, celle des deux océans, pour ne pas finir comme ses parents dans la panse des chacals. Fuir la misère et échouer aux Antilles, les ” Indes occidentales “, pour remplacer les esclaves désormais affranchis dans les plantations de canne à sucre, fut le lot de milliers de ” Coulis “. Aveuglément soumis aux planteurs, ostracisés par les Nègres et les Mulâtres, diabolisés par le catholicisme omnipotent qui fait la guerre aux dieux païens, ces Indiens inventent un art de la survie et s’insèrent dans le monde créole auquel ils apportent leur douceur et leurs multiples divinités.”

Mon avis

La panse du chacal a pour trame le parcours d’un jeune tamoul Dorassamy, de Pondichéry aux Antilles. C’est la fin du XIXè siècle, la famine ronge le sud de l’Inde, suite à colonisation anglaise. De nombreuses familles Tamouls se voient proposer d’émigrer vers les Antilles afin d’étendre du sucre de canne au soleil, soit disant un travail peu pénible pour une somme rondelette.

Profondément traumatisé à la vue de sa famille dévorée sous ses yeux par une meute de chacals, Dorassamy quitte le pays tamoul profond pour Pondichéry. Il épouse Dévi, fille d’anciens employés de son père, propriétaire d’une filature, en partance eux aussi pour les Antilles.
Les Antilles sont présentés aux futurs engagés toutes proches des côtes du Coromandel (portion du littoral de l’Inde baignée par le golfe du Bengale). Bien évidemment c’est un leurre, car l’hindouisme interdit à ses pratiquants de quitter la terre sacrée, l’Inde, sous peine de subir la malédiction amère de Kala Pani, la mer d’eau noire.
Un voyage qui ne devait pas durer longtemps pour eux, se transforme en un véritable périple (tempête, épidémie, suicides, découragement, tristesse, etc) à travers les deux océans.

Arrivés à la Martinique, la famille Dorassamy se retrouve affecté sur une habitation du Nord de l’île, et dès lors commence une toute nouvelle vie hors de leur terre sacré.
Les malheureux vont devoir encore affrontés de nombreux périples. Le terrible travail de coupe de canne sous le soleil brûlant. Le mépris des Noirs envers les indiens car selon eux les indiens encouragent les békés de rétablir une nouvelle forme d’esclavage, mais ce mépris est dû surtout à la méconnaissance de la culture hindouiste. Mais le choc le plus diffcile à surmonter sera l’apprentissage du créole ( et ce n’est pas facile) mais aussi harcèlement du clergé pour leur conversion dans le christianisme.
Relégués au plus bas de l’échelle sociale, cette communauté qui a énormément contribué à notre créolité va subir de nombreux préjudices.

Mais la promesse d’un rapatriement en Inde au bout de 5 ans de travail, sera le moteur de leur motivation pour ne pas sombrer dans la mélancolie et la tristesse. Mais cette île si hostile pour la communauté indienne, va peu à peu s’ouvrir pour les générations suivantes. Cette ouverture va permettre un magnifique métissage entre l’Inde et les Antilles qui contribue énormément à notre originalité créole.

Confiant nous dépeint ces aspects post-esclavagistes de la vie sur l’habitation dans un récit palpitant, la rencontre du kouli tamoul avec le Blanc coriace, le Noir mutilé et violent, ou la Négresse si différente de l’Indienne dans la gestion de ses atouts-corps.
Grâce à son art, il nous livre une partie méconnue ou pas assez diffusé de notre histoire avec son agréable humour dont il a le secret. Et qui nous permet de mieux apprécier la grande contribution de cette communauté dans notre société créole.

Mourougayan avait en horreur le terme créole que Blanc et Nègre utilisaient pour désigner l’acte d’amour: coquer. Chaque fois qu’il entendait, il voyait l’image d’un coq en train de grimper sur le dos d’une poule et de lui becqueter le dos du cou en faisant deux trois mouvements saccadés du croupion.

Une telle brutalité était aux antipodes de cette longue patience qu’était l’amour à l’indienne, du moins dans ses souvenirs, si évanescents fussent-ils devenus. Cette lente approche des corps que l’on dénudait sans brusquerie, l’enlacement prolongé des heures durant peau contre peau, le frottement léger des membres, d’abord les bras, puis les jambes, enfin les joues, la pénétration progressive des sexes jusqu’à l’extase, tout cela pouvait prendre allures d’éternité.

Nègres et Blancs, que rien de différenciait dans le comportement, hormis la couleur de la peau et que d’ailleurs les Indiens désignaient indistinctement sous le vocable de “créoles”, ne les connaîtraient jamais.
Dans leur parlure, coquer pouvait aussi se dire couper, dérailler, écraser, manger, défoufouner, défourailler, ce qui signifiait “tuer” la femme. L’humilier en tout cas. Au lieu de la combler de remerciements à la manière indienne.

Extrait de la panse du chacal


Vous aimerez aussi

rue des syriens

Rue des syriens

livre bal maqué à békéland

Bal masqué à Békéland

la vierge du grand retour

La Vierge du Grand Retour

la lessive du diable

La Lessive du diable

case a chine

Case à Chine

l'allée des soupirs

L’allée des Soupirs


Laissez un commentaire



Mon Instagram

Bay rum gran moun :

-Rhum blanc
-Feuilles de Bois d'inde
-Feuilles de Brisée
-Feuilles de Papayer mâle

Mélanger le tout dans le rhum. Puis laissez macérer au soleil pendant 3 semaines. Frotter son corps avec en cas de courbatures, fièvre, rhumatismes, crampes, douleurs musculaires, etc

#martinique #guadeloupe #guyane #antilles #rimèdanbafey #rimèdrazié #pharmacopée #nature #plantemedicinale #medecinedouce #medecinetraditionnelle
...

333 11

7 livres de Martinique :

-La prophétie des soeurs de serpents @lagriottevagabonde un roman documentaire qui mélange fiction et l'histoire de l'île, disponible en libraire.

-Laissez rouler la voix d'or, un livre qui rend hommage à la commune du Gros-Morne, disponible à Micro Cyber au Gros-Morne

-Le palabre du vieux fromager est disponible, un hommage à la commune de Macouba est disponible à la librairie @la_boite_a_plumes au Diamant et sur le site des editions Nestor.

-La desapparition, est un recit qui derrière son verbe enjoué critique insidieusement la société martiniquaise. Disponible à @librairiecalypso à Paris. Je ne l'ai pas encore vu à la Martinique.

-Petite fille en Martinique en 1962, une bonne immersion dans notre île à l'epoque de nos parents. Disponible sur le site des éditions Harmattan. Je l'avais acheté à @presence_kreol .

-Lapo farine, ce livre n'est malheureusement plus édité, faut fouiller les bibliothèques car il merite d'être absolument lu ! Pour moi, il représente la littérature classique martiniquaise a étudier.

-Chimen-an est un mélange de tous les livres précédents dont les thèmes principaux sont les croyances locales et la transmission des anciens. Disponible en librairie @presence_kreol,@la_boite_a_plumes et dans les autres enseignes, sur le site lafleurcurieuse.fr (oui c'est mon premier roman🤗)

#livres #livre #livrepeyi #martinique #littératurecaribéenne #books #book #instabook #instabookclub #bookaddict
...

440 7

Ni lambi ni colibri !

Le createur de ce montage est un génie 🤣

#nilambinicolibri #martinique #drapeau
...

1796 88

@pindjoko est une marque d'agenda dont la particularité est de valoriser notre riche langue créole. Il propose un large choix d'agenda en créole martiniquais, guadeloupéen, guyanais, haïtien et réunionnais.

À travers son livre de recette, @aliciamakanja nous propose une alimentation vegan tout en respectant les particularités de notre alimentation caribéenne. N'etant pas vegan, j'ai particulièrement aimé cuisiner le burger avec son steack d'haricot rouge. La sauce pour les frites m'a regalé également. Un petit livre ludique qui permettra surtout au carnivore comme moi, de molir sur sa consommation de viande.

Resultat le dimanche 15 janvier. Bonne chance

#jeuconcours
...

181 88

Que pouvons nous faire suite au non lieu du chlordecone ?
Comment combattre quotidiennement le lobby béké qui étouffe notre économie ?

Pour commencer il faut que notre argent circule entre nous. Oui je sais, cela n'est pas facile surtout qu'ils sont partout et dans tous les secteurs. Et que le coût de l'artisanat local est élevé. Mais mettons de temps en temps notre mauvaise foi de côté afin de mieux avancer.

Par exemple, pourquoi voulons nous forcer en achetant nos fruits, légumes, et poissons au supermarché ?

Nous pouvons très bien consommer mais en conscience. Petit à petit mais sûrement. De plus, le meilleur moyen de nous rendre compte de la valeur de notre terre afin de nous émanciper est de reconquerir notre alimentation. Et pour cela, il faut planter ce que nous mangeons.

Oublions cette histoire de pelouse ou encore de palmier immangeable...Si tu as de la terre, plante ton manjé comme nos aïeux. Même si tu n'aimes pas jardiner, plante au moins tes herbes aromatiques, ton petit oignon peyi, ton petit pot de gwo ten ou encore de persil.

Sonjé, planté sé rézisté ! Et à la longue vaincre...

#martinique #guadeloupe #chlordecone #sonjé #nature #caraïbe #caribbeanlife #caribbean #pharmacopée
...

678 23

Bonns fête de Makaya et de Kwanzaa.

Cette année et bien évidement pendant quelques siècles, nous seront sponsorisés par le chlordecone et d'autre continueront à boire du champagne tout en dansant sur notre dos depuis la traite négrière. Mais cela n'intéresse pas grand monde hein car vous comprenez il y a la finale de la coupe, le foie gras, les cadeaux, puis on basculera directement sur le carnaval puis les crabes de pâques et ainsi de suite. Un cycle sans fin pour nous endormir, bref...

Les publications reprendront en janvier. Bisous.

#martinique #guadeloupe #antilles #chlordecone #genocide #ecologie #caraïbe
...

220 6