La mort et les rites funéraires

La mort et les rites funéraires chez les antillo-hindous


La mort chez les antillo-hindous revêt plusieurs aspects. Les rites de vie et de mort sont la plupart du temps pris en charge en partie par le catholicisme et en partie par l’hindouisme. L’église se charge du corps, l’âme appartient au défunt.

On peut noter déjà que sur ce dernier point des divergences théologiques profondes peuvent apparaître entre les deux religions sur le conception de l’âme et corps. Pour les antillo-hindous, au delà de la mort physique existe une autre réalité.

Elle relève certes d’une logique qui échappe à beaucoup mais appartient à une théologie fort ancienne existant plus de mille ans avant le christianisme. Au moment de la mort physique, l’âme se libère et va se réincarner. On dit qu’elle transmigre.

L’âme est soumise étroitement à toutes les actions de l’individu dans sa vie. Si elles ont été mauvaises et nuisibles à l’homme, l’âme transmigre dans une vie négative, considérée comme un état transitoire, un purgatoire, soit dans le règne végétal ou animal.

Par contre, si les actions ont été positives, l’âme transmigre dans une autre vie, à un degré supérieur pour continuer l’œuvre commencée, et ainsi de suite, jusqu’à sa libération totale.

Partant de cette croyance, on comprend que le culte des morts ne soit pas une chose négligée.

Il comporte une assise théologique et philosophique hautement symbolique, et à ce sujet, entre le catholicisme et l’hindouisme existe une frontière quasi-inviolable.

D’ailleurs la conception de la mort dans la pure tradition occidentale est totalement inexistante chez les antillo-hindous les plus fervents et les rites funéraires qui avaient tendance à disparaître commencent à renaître aujourd’hui.

En Martinique et en Guadeloupe, le culte des morts porte le nom de sanblanni. Toutefois, il faut distinguer ce culte des rites funéraires qui se pratiquent le jour de la mort et après les funérailles. On peut constater quelques différences entre les îles .

Il existe un rituel funéraire après la mort d’un membre de la famille appelé karmandron ; un culte rendu à chaque anniversaire de la mort d’un membre de la famille, pratiqué seulement en Martinique.

Sanblanni

La pratique de ce culte correspond à la fête de la Toussaint. Beaucoup pensent que le sanblanni est un culte syncrétique né de la rencontre du catholicisme et de l’hindouisme, il n’en est rien. La fête de la Toussaint correspond tout simplement avec la fête des morts et des saints de l’hindouisme, le divali ou dipavali.

A la longue, en effet, il en résulte une déperdition de plus en plus importante de la mémoire collective. Pendant la Toussaint tous les hindous ne font pas de sanblanni. La plupart allument quelques bougies autour de leur maison et récitent quelque prières.

Par exemple, si plusieurs membre d’une famille rêvent qu’un mort se rapelle à leurs souvenirs, il peut s’agir d’une manifestation de mécontentement, alors on lui promet un sanblanni quand arrive le jour de la fête sinon n’importe quel danger peut menacer cette famille.

Ce sentiment d’ailleurs est très partagé en Guadeloupe et en Martinique. Pour le sanblanni on dresse autant d’offrandes qu’il y a de mort dans la famille. Cela permet entre autre d’établir de manière tout à fait symbolique une sorte de généalogie sacrée.

Le culte rendu à chaque anniversaire de la mort d’un parent est pratiqué seulement en Martinique. Il se déroule comme le sanblanni de la Toussaint.

Source:
-L’immigration de l’hindouisme vers les Antilles de Max Sulty et Jocelyn Nagapin


Vous aimerez aussi

henry_sidambarom

Le combat d’Henry Sidambarom

Au béro

Au-Béro: quartier hindou de Fort de france

kotoumpavi

Le kotoumpavi

chacha-et-sosso

Chacha et Sosso

Durga Puja

Les bijoux de Maliemin

L’élément indien de la créolité une reconstruction identitaire

L’élément indien de la créolité: une reconstruction identitaire


Laissez un commentaire



Mon Instagram

Poutji man kondané san man fè ayen
Jéni lasosiété tjwé mwen,
Man èspozé san mò
Pétèt man té ké pli kontan, di man té lajòl,

Man wont épi an kò lib
Ki pa ka fè mwen mal piès koté
Man lévé, man kriyé, man hélé
Man rivé konpran an lavi san lépé

San été san soley
Manman mwen ba mwen an tjè
Yo krazé'y, yo brilé'y
Man pèdi lékilib

Man pa menm pé réfléchi
Karès visib pa pou ich kongo
Man kon an bato pèdi dan bouya
Ki ka fonsé an tout sans

San'y sav la'y ka alé
Man entjèt kon an tatjèt dan an finèt
Si rété an karès sé pa ba ich kongo

Yo lé wè'w touni an tèt d'Eugène Mona
...

717 19

Une mère antillaise lors de la Toussaint, c'est une dame qui apporte son paréo de ménage au cimetière pour récurer le caveau familial.

Puis elle va babiller derrière toi car tu n'as pas bien arrangé les fleurs sur la tombe. Et si par malheur, il lui reste encore de l'énergie, elle va nettoyer devant toutes les tombes de l'allée :

"Des faveurs qui sont là ében bondié !"

#martinique #toussaint #caribbeanlife #antillais #sonjé #tradition #martiniquaise
...

816 10

À l'approche de la Toussaint, je voulais partager avec vous, mes souvenirs d'enfance. Conter ces beaux moments qui ont une grande place dans mon coeur. D'ailleurs on ne comprenait pas pourquoi je disais que je preferais cette periode par rapport à la Noël et le Carnaval.

Vous n'imaginez même pas toute la vibes que dégageait le cimetière de Saint-Pierre dans les années 90. Je ne vous parle pas de souffrance et mélancolie suite aux differentes tragédies (esclavage et éruption de Mussieu Pélée), hanhan, je vous parle de communion et festoyement entre la vie et la mort.

Podcast disponible sur le site (lien dans ma bio) et sur Spotify, Deezer, Podcast Addict, Amazon music, Soundcloud.

#toussaint #bokantaj #sonjé #martinique #caribbean #caribbeanlife #caribéennes #martiniquaise #antillais #antillaise
...

199 5