Durga Puja

Les bijoux de Maliemin


Man Koupany, comme des milliers d’autre Indiens en Guadeloupe, descendait des travailleurs engagés venus de l’Inde après l’abolition de l’esclavage.

Ce peuple a introduit dans l’Île son culte à la déesse Malienmin et à certains autres dieux hindous : Kalimaï, Kali, Madouraiviren, Nagourmira … Si bien que, dans plusieurs communes, s’élèvent des temples en leur honneur.

La population indienne et, de plus en plus, la population nègre, offrent des cérémonies, particulièrement, à Malienmin, afin de qu’elle leur accorde certaines grâces. Man Koupany avait un fils malade. Julien, de sa naissance jusqu’à l’âge de seize ans, n’avait pas eu de problèmes majeurs de santé.

A dix-sept ans, à la mort de son père, il s’emmura dans un silence qui s’éternisait malgré visites médicales, consultations psychologiques, prières à Dieu et à ses saints. Devant l’inefficacité de ces recours, Man Koupany se tourna vers Malienmin, la priant de redonner sa santé à Son fils.

Elle observa toutes les étapes du rite, depuis la période de jeûne jusqu’à la cérémonie à la déesse à qui elle promit sa plus belle parure en or, si son vœu était réalisé. Ce jour-là, la foule nombreuse de parents et d’amis, participa ou assista aux différentes étapes du rituel. Tous prirent part au festin de clôture : moltani, colombo de cabri, dale, figures jaunes et coco sec…

Un an après, Julien recouvra la santé et put mener une vie normale. Cependant, Man Koupany semblait avoir oublié la promesse faite à Malienmin. Jeune et belle femme d’une quarantaine d’année. Elle était toujours mise avec recherche et coquetterie. Ses parures, toutes en or, correspondaient à chacun de ses vêtements. Aussi, le jour où sa mère lui demanda si elle avait fait son offrande à la divinité, elle répondit : « Malienmin ne sort pas, elle ne va pas au bal, qu’est-ce qu’elle va faire d’une parure en or ? Cette parure sera bien plus belle sur mon ensemble en lin fuchsia ! »

Sa mère, indignée, lui dit vertement ce qu’elle pensait d’une telle légèreté et lui fit jurer qu’elle remettrait à la Déesse les bijoux promis.
-Ay ! Pawol an bouch pa chaj, se dit Man Koupany.

Et elle garda sa parure. Six mois s’étaient écoulés. Une nuit qu’elle dormait Man Koupany entendit, venant de la rue, des cris, des plaintes déchirantes, d’horribles cliquetis de chaînes. Paralysée d’effroi, elle ne bougeait pas. Les bruits se faisaient de plus en plus forts, de plus en plus persistants.

 Man Koupany arriva à se glisser jusqu’à la chambre de Julien. Celui-ci dormait à point fermé.  Elle le réveilla doucement, lui demandent s’il n’entendait rien. Julien prêta l’oreille et répondit :
-Je n’entends rien. Et il se rendormit.

Man Koupany ne se sentait pas la force de retournait dans sa chambre. Elle s’assit dans un fauteuil près du lit de Julien.
-Ce n’est pas possible, pensait-elle. Julien n’est pourtant pas sourd. Comment n’entend-il pas ce vacarme horrible qui me rend folle ? Je ne rêve pas toute éveillée ! Son calvaire se poursuivit la nuit durant.
Toujours ces douloureuses lamentations, ces hurlement la tête, qui lui descendaient jusque dans les entrailles, qui la terrassaient.

Le tintamarre ne s’arrêta qu’à quatre heures du matin. Ce fut seulement à ce moment-là que Man Koupany put enfin fermer les yeux. Son sommeil fut agité. A son réveil, elle demanda à l’une de ses voisines si elle n’avait pas entendu des bruits étranges.
-Non ! s’entendit-elle répondre.

Elle commença franchement à avoir peur. Ne serait-elle pas en train de devenir folle ? Elle ne voulut pas en parler et se dit qu’elle attendrait la nuit suivante.
Il était minuit pile quand recommença le charivari qui avait pris des dimensions nouvelles. C’était tantôt des vagissements, des pleurs de bébé qui semblait sortir de l’intérieur même de la maison, tantôt des miaulements.

Man Koupany avait l’impression que des dizaines, des centaines, des millers de chats, la frôlaient, se glissaient sous son lit, sur son lit. Puis, les miaulements devenaient tour à tour, aboiements, hurlements, parfois craquements,gargouillments. Finalement, tous ces cris se mêlaient en un tohu-bohu infernal.

Man Koupany se traîna jusqu’à la chambre de son fils. Celui-ci dormait profondément. Elle s’installa dans le fauteuil. Les mains plaquées sur ses oreilles, elle essayait de calmer la douleur qui faisait vriller ses tympans. Elle n’arrivait pas à rester assise.

Elle allait-venais, tournait-virait de la chambre à la cuisine. Incapable d’avoir la moindre pensée, elle versait des larmes de désespoir et de souffrance. Quand, à six heures du matin, Julien se réveilla, ne percevant pas le va-et-vient habituel de sa mère, il frappa à la porte de sa chambre.

Comme il n’entendaient pas de réponse, il ouvrit. Il la trouva assise sur son lit, les yeux exorbités, comme pétrifiée. Man Koupany avait perdu la raison.


Vous aimerez aussi

henry_sidambarom

Le combat d’Henry Sidambarom

Au béro

Au-Béro: quartier hindou de Fort de france

kotoumpavi

Le kotoumpavi

chacha-et-sosso

Chacha et Sosso

L’élément indien de la créolité une reconstruction identitaire

L’élément indien de la créolité: une reconstruction identitaire

La mort et les rites funéraires

La mort et les rites funéraires chez les antillo-hindous


Laissez un commentaire



Mon Instagram

Bay rum gran moun :

-Rhum blanc
-Feuilles de Bois d'inde
-Feuilles de Brisée
-Feuilles de Papayer mâle

Mélanger le tout dans le rhum. Puis laissez macérer au soleil pendant 3 semaines. Frotter son corps avec en cas de courbatures, fièvre, rhumatismes, crampes, douleurs musculaires, etc

#martinique #guadeloupe #guyane #antilles #rimèdanbafey #rimèdrazié #pharmacopée #nature #plantemedicinale #medecinedouce #medecinetraditionnelle
...

333 11

7 livres de Martinique :

-La prophétie des soeurs de serpents @lagriottevagabonde un roman documentaire qui mélange fiction et l'histoire de l'île, disponible en libraire.

-Laissez rouler la voix d'or, un livre qui rend hommage à la commune du Gros-Morne, disponible à Micro Cyber au Gros-Morne

-Le palabre du vieux fromager est disponible, un hommage à la commune de Macouba est disponible à la librairie @la_boite_a_plumes au Diamant et sur le site des editions Nestor.

-La desapparition, est un recit qui derrière son verbe enjoué critique insidieusement la société martiniquaise. Disponible à @librairiecalypso à Paris. Je ne l'ai pas encore vu à la Martinique.

-Petite fille en Martinique en 1962, une bonne immersion dans notre île à l'epoque de nos parents. Disponible sur le site des éditions Harmattan. Je l'avais acheté à @presence_kreol .

-Lapo farine, ce livre n'est malheureusement plus édité, faut fouiller les bibliothèques car il merite d'être absolument lu ! Pour moi, il représente la littérature classique martiniquaise a étudier.

-Chimen-an est un mélange de tous les livres précédents dont les thèmes principaux sont les croyances locales et la transmission des anciens. Disponible en librairie @presence_kreol,@la_boite_a_plumes et dans les autres enseignes, sur le site lafleurcurieuse.fr (oui c'est mon premier roman🤗)

#livres #livre #livrepeyi #martinique #littératurecaribéenne #books #book #instabook #instabookclub #bookaddict
...

440 7

Ni lambi ni colibri !

Le createur de ce montage est un génie 🤣

#nilambinicolibri #martinique #drapeau
...

1796 88

@pindjoko est une marque d'agenda dont la particularité est de valoriser notre riche langue créole. Il propose un large choix d'agenda en créole martiniquais, guadeloupéen, guyanais, haïtien et réunionnais.

À travers son livre de recette, @aliciamakanja nous propose une alimentation vegan tout en respectant les particularités de notre alimentation caribéenne. N'etant pas vegan, j'ai particulièrement aimé cuisiner le burger avec son steack d'haricot rouge. La sauce pour les frites m'a regalé également. Un petit livre ludique qui permettra surtout au carnivore comme moi, de molir sur sa consommation de viande.

Resultat le dimanche 15 janvier. Bonne chance

#jeuconcours
...

181 88

Que pouvons nous faire suite au non lieu du chlordecone ?
Comment combattre quotidiennement le lobby béké qui étouffe notre économie ?

Pour commencer il faut que notre argent circule entre nous. Oui je sais, cela n'est pas facile surtout qu'ils sont partout et dans tous les secteurs. Et que le coût de l'artisanat local est élevé. Mais mettons de temps en temps notre mauvaise foi de côté afin de mieux avancer.

Par exemple, pourquoi voulons nous forcer en achetant nos fruits, légumes, et poissons au supermarché ?

Nous pouvons très bien consommer mais en conscience. Petit à petit mais sûrement. De plus, le meilleur moyen de nous rendre compte de la valeur de notre terre afin de nous émanciper est de reconquerir notre alimentation. Et pour cela, il faut planter ce que nous mangeons.

Oublions cette histoire de pelouse ou encore de palmier immangeable...Si tu as de la terre, plante ton manjé comme nos aïeux. Même si tu n'aimes pas jardiner, plante au moins tes herbes aromatiques, ton petit oignon peyi, ton petit pot de gwo ten ou encore de persil.

Sonjé, planté sé rézisté ! Et à la longue vaincre...

#martinique #guadeloupe #chlordecone #sonjé #nature #caraïbe #caribbeanlife #caribbean #pharmacopée
...

678 23

Bonns fête de Makaya et de Kwanzaa.

Cette année et bien évidement pendant quelques siècles, nous seront sponsorisés par le chlordecone et d'autre continueront à boire du champagne tout en dansant sur notre dos depuis la traite négrière. Mais cela n'intéresse pas grand monde hein car vous comprenez il y a la finale de la coupe, le foie gras, les cadeaux, puis on basculera directement sur le carnaval puis les crabes de pâques et ainsi de suite. Un cycle sans fin pour nous endormir, bref...

Les publications reprendront en janvier. Bisous.

#martinique #guadeloupe #antilles #chlordecone #genocide #ecologie #caraïbe
...

220 6