les boucles d'oreilles de Béhanzin

Les boucles d’oreilles de Béhanzin


Man Fortuna était une brave femme qui combattait férocement la misère de la vie. Elle était tantôt cuisinière, jardinière, nourrice, ménagère et couturière afin de gagner le diri-pwa-rouj de sa famille. La malheureuse élevait tant bien que mal ses six enfants issues d’unions différentes. Tous les jours, elle maudissait ces pères fantômes qui avaient semé sans se soucier de la récolte.

De temps en temps, lorsqu’elle croisait un géniteur, elle n’hésitait pas à péter un désordre au mitan de la rue afin de lui rappeler son devoir de père ! Oui, Man Fortuna était épuisée face à l’irresponsabilité de ces isalop !

Chaque petite pièce de côté était destinée à l’éducation de ses enfants. Il lui restait peu pour renouveler sa garde-robe ou pour s’offrir un beau bijou en or. Pourtant, Man Fortuna n’avait pas de grand goût comme les femmes de la ville, mais depuis son jeune âge elle rêvait de posséder de belle boucle d’oreille pomme cannelle. De ce fait, elle avait patiemment économisé, quitte à manger quotidiennement du fruit à pain, à accepter plus d’ouvrages en couture malgré ses nombreuses tâches ménagères.

Le bien-être de ses enfants passait avant ses désirs, mais elle espérait qu’au bout de quelques mois de sacrifice, elle serait capable d’acheter ses fameuses boucles d’oreilles pour parader lors de la fête communale. Pour une fois, elle voulait scintiller tout comme ses voisines.

Ses commères avaient eu l’honneur d’hériter de leurs aïeuls qui avaient économisé toute leur vie pour s’offrir des bijoux en or malgré la méchanceté de l’esclavage.  Tandis que Man Fortuna fut élevée par une méchante tante qui lui laissa une petite case désossée par les cyclones et un lopin de terre ingrat. Malgré tout, elle lui était reconnaissante car elle était propriétaire de son terrain.

Lors d’une nuit étoilée, Man Fortuna quitta tardivement la demeure de Mme Léontine. La couturière avait passé sa soirée à ajuster encore et encore la robe de sa cliente pour le baptême de son petit-fils. Sans lumière, elle suivit un petit sentier qui sillonnait les bois afin de rentrer rapidement. La mère n’était pas inquiète pour sa progéniture, car elle savait que son fils aîné était un enfant responsable qui pouvait s’occuper de ses frères et sœurs pendant son absence.

Néanmoins, elle pressait le pas pour ne pas être incommodée par les esprits qui rôdaient dans les parages. Elle serrait fermement sa petite croix en bois bénite par Mr le curé. Et psalmodiait quelques prières pour éviter toute mauvaise rencontre. Après une demi-heure de marche sans encombre dans l’épaisse végétation, Man Fortuna entendit un léger murmure. Puis elle entendit distinctement un appel à l’aide.

Ne voulant pas faire commerce avec les zombis, elle releva sa robe rapiécée pour mieux courir. Mais durant sa folle course, elle entendit :

-Noble dame, miséricorde, aidez-moi.

Aussitôt, la couturière s’arrêta flap et scrutât les alentours, car les zombis n’étaient pas du genre à jeter du bon français dans les oreilles des gens comme ça han ! Elle rebroussa avec précaution son chemin en direction de la voix. Man Fortuna dû dévier du sentier pour s’enfoncer dans les ténèbres des bois. Au bout de quelques minutes de marche, elle découvrit avec stupéfaction une ombre étendue à terre.

-Tjip, encore un dorlis qui cherche sa peau hon ! Dit-elle énervée d’avoir rebroussé son chemin pour une mauvaiseté.

-Noble dame, man pa an dowlis.

-Ki moun ou yé han ?

-Je suis Béhanzin, le roi du royaume du Dahomey.

-Pa konèt.

-A vrai dire mon identité n’a pas d’importance. Je suis à la recherche de ma pipe, pouvez-vous m’aider ?

-Mussieu Bézinzin, j’ai peut-être un peu de mal à écrire et à lire mais je ne suis pas assez couillonne pour aider une ombre étendue à terre, tjip !

-Dans ce cas, écoutez mon histoire avant de prendre une décision.

-Patat’sa, mussieu je dois cuire le fruit à pain de mes enfants han.

-Woy, asé palé épi kouté !

Sans aucune parole, Man Fortuna accepta d’écouter l’histoire du roi couché à terre.

Yékrik !

Le roi Behanzin lui conta sa vie au royaume du Dahomey. Entre empoisonnement, sorcellerie et complot, il réussit à être consacré roi à l’âge de 45 ans au cours d’une fastueuse cérémonie sous l’œil bienveillante des divinités. Cette position lui conféra de nombreux pouvoirs. Hélas ils ne furent pas assez efficaces contre l’armée française.

Malgré la résistance de son peuple, de ses guerriers et guerrières les Amazones, il se résolut à se rendre. Le roi déchu fut brutalement arraché de sa terre natale afin de vivre en exil au fort Tartenson de l’île de la Martinique. Grâce à ses pouvoirs, il pouvait s’enfuir discrètement de sa forteresse afin de découvrir l’île et ses nombreux secrets sans aucune surveillance.

Mais plus le temps passait, plus ses pouvoirs diminuaient. Hélas, son précieux et puissant bokonon  (sorcier)  n’étaient plus auprès de lui pour revigorer ses pouvoirs divins. Il lui restait que sa pipe magique qui faisait tressaillir les mauvais esprits de l’île et même le Diable en personne oui !

Au cours de cette belle soirée, il avait rencontré sur son chemin un petit enfant perdu dans les bois. Miséricordieux face à la candeur et l’innocence de l’enfant, il lui proposa de l’aider à retrouver sa case. Le roi dû porter l’enfant sur son dos pour marcher plus vite. Mais plus il avançait, plus il sentait que l’enfant devenait de plus en plus lourd.

Malgré sa force divine, il tomba blogodo à terre sous le poids de l’innocent. La créature angélique en profita pour dérober sa pipe magique. Puis grimpa furtivement dans un arbre avec son butin. N’ayant plus sa pipe magique, les pouvoirs du roi s’amenuisaient plus rapidement et devenaient instables. C’est pour cela qu’il était sous la forme d’une ombre à terre qui peinait à se relever.

Yékrak!

-Ma parole, vous est donc un roi !

-Oui, un roi à terre tjip. Heureusement que mes ancêtres enterrés sur ma terre natale ne puissent pas voir ma déchéance.

-En tout cas vous avez été couillonné par un Ti Sapoti ?

-C’est quoi ça encore ?

-C’est une créature des bois farceuse.

-Savez-vous où elle se cache ? Je dois absolument retrouver ma pipe.

-Je vais vous aider mais en échange j’aurai besoin d’un service de votre part.

-Ki sa ou lé ?

-Quand vous serez rétablis, j’aimerais que vous racontiez à mes enfants la vie des gens dans votre royaume.

-Poutji ?

-Mes fils ont la peau très foncée. Et je pense que votre histoire leur permettra d’être fière de ce qu’ils sont.

-Bien entendu

-Pa pè mwen ké règlé sa ba’w.

-Mi sa ba’w

Le roi Behanzin souffla une petite boule de feu qui avait pour mission d’éclairer la route de Man Fortuna. Selon les commères des Mornes, le malandrin de ti Sapoti résidait dans un imposant sapotillier à deux heures de marche. Arrivée devant la demeure du farceur, Man Fortuna cria mielleusement :

-Mon ti Sapoti vient me voir, j’ai pleins de sucrerie dans ma poche pour toi.

Agoulou comme un colibri, la petite créature enfantine descendit de son arbre pour quérir ses bonbons. Aussitôt Man Fortuna attrapa son oreille et lui mit une volé comme elle le faisait avec ses enfants. D’une voix autoritaire, elle hurla :

-Ti salopri kouté bien ! Tu vas aller remettre la pipe à son propriétaire. Sinon je reviendrai avec ma ceinture pour pliché tes fesses. Et après je brûlerai ton sapotillier, tu m’as compris han ?

-Oui madame, pleura la petite créature.

Elle n’était pas méchante, mais par ses farces elle pouvait emmerder le monde. Et surtout manquer de respect à un roi ! Man Fortuna espérait que le roi Béhanzin ne reviendrait pas tuer Ti Sapoti pour sa maladresse.

La bougresse rentra chez elle au lever du jour épuisée par cette nuit agitée. Malgré la fatigue, il n’était pas question pour elle de se reposer, hanhan ! Il fallait préparer le petit-déjeuner des enfants, donner à manger aux poules, s’occuper du jardin et pleins d’autre choses qu’une femme sans homme devait affronter. Les semaines se succédaient jusqu’au jour où le roi Béhanzin se présenta devant le seuil de sa case.

Comme convenu, il venait honorer sa parole. Il prit soin de raconter en détail son quotidien et les coutumes de son peuple à une assemblée d’enfant émerveillés. Puis avant de partir, il offrit un petit paquet à Man Fortuna :

-Gardez ceci en souvenir, dans quelques jours je quitterai la Martinique.

-Vous rentrez enfin chez vous ?

-Foutre que je l’espère. Adieu Man Fortuna.

Après le départ du roi, Man Fortuna déballa minutieusement son paquet car cela faisait un paquet d’années qu’elle n’avait pas reçu un présent. Elle découvrit avec surprise une belle et authentique paire de boucle d’oreille pomme cannelle. La mère pleura de bonheur face à ce magnifique présent. Elle pourrait enfin arborer ce beau bijou avec fierté à la fête communale.

De plus, du jour au lendemain les pères déserteurs vinrent assumer leur paternité. Ils décidèrent de verser chaque mois une pension à Man Fortuna et prirent à chaque vacance les enfants pour la soulager. Selon les commères, une ombre menaçante était venue malmener le sommeil des semeurs de sperme.

Valérie RODNEY


Vous aimerez aussi

Tonè kraze’m ! Lang menen’m nan syèl kote pye’m paka menen’m » kout lang manzè telman red,li fe’m pale anglè ! Janm wè la PI DOUS KE LI,TU MEURS !

Janm wè la PI DOUS KE LI,TU MEURS ! 

fanm

Fanm kòkot-chatou

Fanm kokot chatou

Fanm kòkot-chatou

Bassin Zombi

Bassin Zombi

gwo pwèl

Gwo pwèl

Lasirèn

Lasirèn


Laissez un commentaire



Mon Instagram

Plantes médicinales et aromatiques de la Caraïbe de Christiane Portécop est un ouvrage destiné aussi bien aux enseignants qu'aux associations et personnel d'encadrement qui souhaitent realiser un projet relatif aux plantes médicinales. Ce livre interessera sans nul doute un plus large public qui pourra ainsi entreprendre un voyage instructif et formateur dans l'univers du patrimoine caribéen.

Un massage énergétique de @massage_lodisy contre les douleurs, refroidissement ou encore de dégagement, etc vous sera proposé par Christelle.

Jeu exclusivement pour les résidents de l'île de la Guadeloupe.

#jeuconcours
...

80 22

Ce roman trace sans complaisance un portrait plus qu’acide de l’homme politique. Il lance une autre réflexion sur les mythes fondateurs d’Haïti et aborde le sujet tabou des relations entre le pouvoir et les sociétés secrètes.

En effet, sur cette île tout comme les autre, ce ne sont pas les urnes qui régit la politique mais bel et bien les cimetières. Lieu de rencontre entre les politiciens et les sosyete, loup-garou, esprits et d’autre entités nocturnes qui commandent la nuit.

Hannibal Sérafin grand ambitieux politicien est prêt à tout pour devenir le prochain président quitte à laisser Agwe, dieu des eaux koké douze fois sa belle femme sur une barque sacrée. Mais dans cette course effrénée vers le pouvoir, un diable estime qu’il est temps pour lui de sortir de sa montagne pour assouvir sa vengeance.

Heureusement, que la mambo Sorel veille à l’harmonie, tout en rendant fou d’amour et de passion Sonson Pipirit un ancien politicien, en le faisant jouir en haut d’un arbre sacré. Selon lui, la mambo Sorel transformée en loup-garou éveille chaque particules de son corps en le dévorant sur les autels sacrées. Ceux qui feront les offusqués, ne connaissent pas ce genre de plaisir délirant !

Un conflit cosmique, où l’humour est mêlé à un érotisme coloré et fantastique. Encore une belle œuvre de @garyvictor7

#livrestagram #livres #livresaddict #booklover #books #instabook #litteraturecaribeenne #litteraturehaitienne #roman #instabookclub #lecturedujour #lecturesdumoment #bookstagrammer #bookaddict #livrepeyi #avislecture #lire #haïti #caraïbes #littérature #afrobook
...

57 3