amérindiens

Les Amérindiens d’Amérique du Nord 1/2


Les amérindiens sont communément nommés les “indiens” à cause de Christophe Colomb qui se croyait arrivés aux Indes.
Le peuplement du continent se fit par vague successive de peuples nomades provenant des steppes de l’Asie et traversant le détroit de Béring à pied, il y a 50 000 ans.
La trace la plus ancienne découverte est un crâne vieux de 23 600 ans avant J.C, dans les environs de Los Angeles. Néanmoins, ils existent d’autres hypothèses du peuplement du continent américain, notamment par le Groëland et Terre Neuve durant une période de glaciation, également par l’Océan Pacifique, d’île en île …

Les différentes migrations

L’Apparition des premières Nations en Amérique du Nord remonterait à plus de 20 000 ans. Vers 8 000 ans av J.C les glaciers qui reliaient les 2 continent commencèrent à reculer, la voie d’accès commença également à être immergé par la mer. De ce fait les amérindiens se vit couper de leurs continent d’origine.
Dans un premier temps, ils étaient confinés à l’Alaska et au Yukon à cause des glaciers. Ce n’est qu’à la fonte de ceci, que les amérindiens entamèrent le peuplement des Etats-Unis actuel. Les populations y développent une culture distincte les une des autres qui est adapté à l’environnement qui les entourent.

Map of Alaska and Bering Sea | Map, Gulf of alaska, America map

Par la suite de nouveaux arrivant arrivèrent au Nord de l’Amérique, d’origine asiatique qui se nomment les Inuit. Ces nomades qui vivent de pêche et de chasse s’installèrent dans l’extrême Nord. Néanmoins certaine communauté atteindront les environs du Québec vers 1 500 av J.C

La génétique et l’archéologie

Les travaux du généticien Douglas Wallace de l’Université de Californie à Irvine remettent largement en cause l’origine asiatique des premiers Américains ou Paléoaméricains. En s’intéressant à l’ADN mitochondrial des Amérindiens, il réussit à prouver :
– que le peuplement de l’Amérique s’est fait en plusieurs vagues migratoires dont la plus ancienne remonte selon les études archéologiques les plus récentes à 60 000 ans ;
– que ces migrations venaient d’Asie mais aussi d’Europe (type europoïde ou caucasien) ;
– qu’une origine australoïde (mélanésienne ou africaine) est constatée sur les squelettes découverts dans plusieurs sites préhistoriques d’Amérique du Sud (Brésil) et Centrale (Mexique). 

Il y a de surprenantes similitudes entre la culture de Clovis au Nouveau Mexique (datée de 11 500/13 500 ans) et la culture des Solutréens qui occupaient la France et le nord de l’Espagne.
Le site de Cactus Hill en Virginie a livré des pointes comparables à celles des Solutréens et vieilles de 19 000 ans.
Selon les archéologues américains, Dennis Stanford et Bruce Bradley, les Solutréens seraient arrivés d’Europe il y a 25 000 ans, en empruntant un pont de glace formé sur l’Atlantique ou en suivant, sur de petits bateaux construits en peaux de bêtes, les côtes de l’ancien glacier qui recouvrait l’Atlantique nord.

En effet, des études révèlent qu’un marqueur européen est présent dans l’ADN de 25% de certaines populations amérindiennes (notamment les Ojibwa), ce qui est considérable.
De plus les ancêtres des Amérindiens auraient éliminé les précédents occupants, des australoïdes venus d’Australie en Amérique du Sud en traversant l’Océan Pacifique, pendant l’ère glaciaire, il y a environ 50 000 ans. Ne resterait de ces aborigènes que quelques descendants (métissés d’Indiens) en voie d’extinction en Terre de Feu.
Des noirs venus d’Afrique de l’Ouest auraient débarqué au Brésil.
75 crânes d’aspect australoïde (mélanésien ou africain), dont le crâne de Luzia, datés de 35 000 ans, ont été mis au jour au Brésil.
250 crânes et squelettes de Cerca Grande (Brésil), datés de 8 000 à 12 000 ans, ont la même morphologie australoïde que Luzia.

Les tribus

Les indiens appartiennent à 2200 idiomes différents,avec des langues, des usages et des coutumes spécifiques à chaque, contrairement à l’idées reçue que s’en font les blancs d’un indien “standard” qui ressemble beaucoup aux tribus des grandes plaines, tels les Sioux, abondamment représentés par le thème du western au cinéma.
C’est exactement pareil pour nous qui ne savons pas reconnaître la richesse des différentes ethnies africaines où asiatiques.

Cette carte des tribus indiennes est absente des livres d'histoire

Le continent nord américain est subdivisé en 10 régions nommées ainsi :
La Grande Forêt, les Grandes Plaines, Le Sud-Est, le Sud-Ouest, le Grand Bassin, le Plateau, la Californie, la Côte Nord-Ouest, le Subarctique et l’Antarctique.

La Grande Forêt

Il existait une soixantaine de nations, avec une grande famille linguistique, les Algonquins, que l’on retrouve sur une vaste étendue du territoire, de Terre Neuve aux Rocheuses. Ils sont regroupés en 5 groupes principaux :

– A l’ouest, au pied des Montagnes Rocheuses, les Pieds Noirs, les Arapahos, les Cheyennes, les Shoshonis

– Au nord, les Chippewas et les Algonquins proprement dit,

– Au nord-est, les Waskapis, les Abenakis

– Au centre, les Menominees, les Sauks, Les Foxes, les Potowatomis

– A l’est, les Wampanagoas, les Massachussetts, les Delawares, les Shawnees

Il y avait d’autres nombreuses nations, du Canada à la région des grands lacs tels les Chippewas,  les Hurons, les Crees, les Iroquois

Les Iroquois, du terme algonquin irinakhoiw,”vrais serpents” font partie de la ligue des 5 nations,avec les Cayugas, lesOnondagas, les Oneidas, les Mohawks, vivant en paix entre eux, mais en querelle perpétuelle avec d’autres tribus tels les Hurons, les Mahicans et les Eriés. 
Les 2 prophètes Hiawatha et Denagawidah sont arrivés à convaincre les tribus d’arrêter les querelles fratricides, ce qui fît leur force.Ils prennent le monopole des fourrures qu’ils échangent aux blancs contres des armes à feu et des produits manufacturés.

Les Cheyennes

En 400 ans, les Cheyennes ont dû s’adapter à quatre modes de vie différents. Premièrement, ils vivaient dans les régions boisées de l’est et étaient un peuple sédentaire et agriculteur, plantant du maïs, des haricots et du riz sauvage.
Ensuite ils vécurent dans les actuels États du Minnesota et du Dakota du Sud, où ils continuèrent à cultiver et commencèrent à chasser le bison des Grandes Plaines. Lors de la troisième époque, les Cheyennes abandonnèrent leur style de vie sédentaire et cultivateur pour devenir une tribu des plaines à part entière. La dernière phase est celle de la réserve.

Les Cheyennes ont souvent été considérés comme les plus fiers et les plus braves parmi les Indiens des Plaines, peut-être seulement égalé au Crows. Les Cheyennes étaient connu pour la vertu et la beauté de leurs femmes.

La nation cheyenne a été l’une des tribus indiennes qui s’est battue avec le plus de courage et d’opiniâtreté pour protéger ses terres contre l’invasion blanche et sauvegarder son mode de vie.
Les Cheyennes sont des Algonquins originaires du sud des Grands Lacs. A la fin du XVIIè siècle, ils se déplacèrent vers l’Ouest, atteignant le Missouri. Les Arapahos, leurs alliés, suivirent la même route. Installés le long du Haut Missouri et de ses affluents, ils pratiquèrent l’agriculture autour de leurs villages.

Les Grandes Plaines

Vaste territoires qui couvre la partie méridionale des états canadiens d’Alberta, du Saskatchewan et du Minintoba à la zone côtière du Mexique. Limités à l’Est par la vallée du Mississipi et à l’ouest par les Montagnes Rocheuses. C’est la région du bison ou buffalo (25 à 30 millions au début du XIXème siècle et seulement un millier en 1900) qui poursuivaient leur migration vers l’ouest et le nord au printemps et vers l’est et le sud à l’automne.

Le bison fournissait l’alimentation et tous les matériaux nécessaires à la vie quotidienne : la chair était consommée fraîche ou séchée.
Le pemmican était préparé avec cette viande séchée, réduite en poudre et mélangée avec de la graisse, de la moelle et des baies.
-Avec la peau, les indiens confectionnaient des boucliers, des vêtements, des mocassins, des couvertures et servaient à recouvrir les tipis.
– Avec les os : des pelles, des manches de tomahawk, des arceaux de canot, des récipients, des grattoirs et les éclats comme pointes de flèche
-Avec les cornes : ornement des coiffures des chamans, fabrication de certains arcs ou comme réserve à herbes.
-Avec les dents : petits outils.
-Avec la cervelle : assouplissement des peaux.
-Avec les sabots : colle pour durcir les boucliers.
-Avec la vessie : du pemmican.
-Avec les intestins : cordes des arcs.
-Avec la queue : chasse-mouche.
-Avec la bouse : combustible
En effet aucun gaspillage…

De nombreuse tribus vivaient sur ces territoires, tels que les Pieds Noirs, les Cheyennes, les Dakotas, les Arapahos, les Sioux, les Mandras, les Crows, les Pawnes, les Comanches, les Kiowas

Les Pieds Noirs

Les Blackfeets (Pieds Noirs) tirent leur nom de la couleur de leurs mocassins  teints en noir. Dans leur langage, Siksika. Originaires des grandes plaines du nord-est  canadien, ils commencèrent à voler des chevaux et une partie d’entre eux se déplacèrent  vers le sud-ouest jusqu’au Montana. Toujours nomades, ils chassaient le bison et habitaient dans des tipies.

Confédération des Blackfoot

Guerriers très agressifs et pillards, ils étaient toujours en guerre contre les tribus voisines et les blancs. Ils étaient divisés en 3 nations du nord au sud : les Siksikas, les Kainahs  et les PiegansLeur organisation tribale, très bien organisée et hiérarchisée,  comprenait une douzaine de sociétés de guerriers occupant différentes fonctions :  ordre, police, organisateur des chasses aux bisons, sécurité des déplacements de la  tribu, etc. Au bout de 4 ans, les plus aptes passaient à un grade supérieur et avaient droit de chanter et de danser et de suivre les  rituels.

les Arapahos

Les Arapahos sont des Indiens des Plaines, bien qu’ils ne s’y soient installés qu’à la fin du XVIIè siècle, venant probablement du nord des Grands Lacs. Leur migration s’effectue aux côtés des Cheyennes avec lesquels ils ont, depuis un temps immémorial, noué des liens d’amitié très étroits. Arapahos et Cheyennes sont, avec les Blackfeet, les peuples de langue algonquine qui se sont avancés le plus loin vers l’ouest.
Le mot “arapaho” est peut-être d’origine caddo, signifiant “marchands”. Les Lakotas les appellent “Ciel Bleu” et les Cheyennes “Peuple des nuages”. Ils s’appellent eux-mêmes “Inuna-Ina” (Peuple de notre Parenté).

Les Arapahos (également appelés Arapahoes ou Gens de Vache en français) sont une tribu amérindienne qui vivait à l’époque de la colonisation européenne dans les plaines de l’est du Colorado et du Wyoming. Le peuple Arapaho comporte environ 5 000 individus. Ils étaient de proches alliés des Cheyennes et généralement des Sioux. Moins belliqueux que les Cheyennes, les Arapahos ont un caractère contemplatif, porté vers la spiritualité.

Le Sud Est

Le territoire était occupés par les Apaches, les Navajos, les Hopis, les Séminoles

Dans la région du Sud Est, des Appalaches à la Floride et du Texas, les sols sont fertiles, le climat chaud et humide. Les amérindiens étaient des agriculteurs sédentaires, avec 2 récoltes par an : maïs, cucurbitacés, tournesols. Au Golfe du Mexique : bananes, patates douces, cannes à sucre.
Au niveau l’habitat, les Creeks passaient l’été dans de longues maisons rectangulaire à pignon, crépies à la glaise, et l’hiver, dans des huttes coniques à demi souterraines. Les Séminoles et autres tribus sub-tropicale vivaient dans des huttes sans paroie, couvertes de palmes

Les Séminoles

Leur nom actuel est une déformation du mot Mvskoke (une langue Creek) simano-li, lui-même une adaptation de l’espagnol cimarrón, qui signifie « sauvage », « fuyard ».

La nation séminole a émergé au XVIIIe siècle ; elle était composée d’Indiens des actuels États de Géorgie, du Mississippi, de l’Alabama, et de Floride, le plus souvent issus de la nation Creek mais aussi d’Afro-américains fuyant l’esclavage de Géorgie (voir Séminoles noirs).
Tandis qu’environ 3 000 Séminoles étaient déportés à l’ouest du fleuve Mississippi, y compris la nation séminole de l’Oklahoma, qui s’est enrichie de nouveaux membres au cours du voyage, de 300 à 500 Séminoles sont restés et ont combattu dans et autour des Everglades en Floride.
1 500 soldats des États-Unis sont morts dans une suite de trois guerres contre les Séminoles de Floride mais aucun traité formel de paix ne leur ayant été imposé ou même proposé, ils ne se sont jamais rendus au gouvernement des États-Unis. C’est pourquoi, les Séminoles de Floride se nomment eux-mêmes « le peuple invaincu » .

Le Grand Bassin

La région est désertique et caillouteuse. Entourée de hautes montagnes, et disposant de maigres ressources. Néanmoins les tribus Shoshones, Utes, Paiutes ont put en tirer le meilleur partie que possible : araignées, fourmis, sauterelles, lézards, graines en tous genres et pignons de pin

Le Sud Ouest

Le Sud Ouest est une terre aride où l’érosion a creusé des mesas, des plaines de sable et des canyons vertigineux. Les Apaches, Navajos, Utes venus du nord ont remplacé les Anasazis, très riche civilisation avec des maisons cubiques en briques empilées les unes sur les autres, formant des pueblos (villages).

Le Plateau

Limité à l’est par les montagnes rocheuses, le Plateau comprend le sud de la Colombie Britannique et une grande partie des états de Washington, de l’Orégon, du Montana et de l’Idaho.

Au cœur des Montagnes Rocheuses, dans les vallées de la Colombia et de Deschutes, vivaient principalement les Chinooks qui s’adonnaient à deux activités principales : la pêche au saumon et le commerce, traditionnellement avec les Salishsamérindiens de la côte. Cependant, d’autres peuples vivaient sur le Plateau :  à l’est les Kootenais, Coeurs d’Alêne, Flatheads, Nez-Percés, Yakimas, Cayuses. Au centre, Shuswaps, Thompsons, Lakes, Sanpoils, Spokans qui vivaient entre eux.

De par la situation géographique isolée du Plateau, les blancs ne sont arrivés que tardivement.

La Californie

La région la plus hospitalière du continent nord-américain : climat chaud, sans excès, terre fertile et bien irriguée, gibier abondant, végétation riche et vairiée.

En limite du désert qui porte maintenant leur nom, vivaient les Mojaves: Cultivateurs (maïs, haricots, courges) qu’ils complétaient par la cueillette de baies, de figues, et aussi la pêche et la chasse aux lapins. Guerriers atlétiques, ils se battaient contre les Yumas, ce qui ne les empêchaient pas de pratiquer les échanges commerciaux.

Dans le sud, en bord de mer on trouvait les Tipaïs, les Luisenos, Chumahs, dont ces derniers excellaient à la pêche à la baleine, au dauphin et autres phoques, loutres de mer, à bord de pirogues calfeutrés de bitume.

Plus au nord, on y rencontrait des Yokuts, Miwoks, Costanoans qui vivaient dispersés dans des villages où la maison avaient la forme d’un cône ou d’un dône. Les amérindiennes étaient expertes en vannerie et toute ces tribus vivaient pacifiquement sous l’autorité du plus riche. Cette dignité pouvait être assumée par une femme.

La Côte Nord Ouest

Le territoire s’étend sur 2300 km de côtes, de l’Alaska et à l’Orégon et la Californie. Le monde amérindien est moins bien connu,par sa langue et culture très particulière.
Ces tribus seraient venus par la mer, de l’Alaska, ou peut être du Japon, du Kamtchatka, via les îles Kouriles et Aléoutiennes, portés par le courant. Traces retrouvées 10 000 ans av J.C.

Les amérindiens ( les Haidas, les Tsimshians, les Noottkas, les Chinooks,) tiraient toutes leurs ressources de la mer (phoques, loutres, dauphins, lions de mer, coquillages, oeufs d’oiseaux de mer) et de la forêt (matériaux constructions, artisanat,…) (chasse de cerfs, élans, ours, chêvres de montagne, castors, loutres, martres, marmottes, écureuils, rats musqués).

Toutes ces tribus furent en contact avec les blancs que tardivement : les premiers en 1741, furent les russes en expédition navale.

La Subarctique

Le territoire est composé de la plus grande partie du Canada et de l’Alaska.
A l’est, les Algonquins: Naskapis, Montagnais, Obijwas, Crees

A l’ouest, les Athabascans: Chipewyans, Yellowknives, Dogrids, Tahtas, Carriers, Kutchins, Tutchones, Koryukons, Tananas, etc

Du fait de la région très froide et pauvre, les Athabascans se déplacent par petites bandes à la recherche inlassable de nourriture. Ils sont de nature pacifiste. Il vivent dans des abris à demi enterrés, protégés par deux épaisseurs de peau.

L’Aire Arctique

Les habitants de l’Antartique sont principalement des Inuits qui sont proches par le langage des Yuit de Sibérie et des Kaalli du Groënland. La culture de Thulé (1000 ans de notre ère) voit l’apparition du oumiak (grande embarcation pour chasser la baleine), du kayak et du traîneau à chiens, avec l’intérêt principal orienté vers la chasse aux phoques.

Fichier:Enfants Inuits 1925.jpg — Wikipédia

Dans les années 1850, les Européens et les Américains commencèrent à apprécier la valeur commerciale des ressources fauniques de l’Arctique. L’industrie de la chasse à la baleine commerciale dans l’Atlantique nord, qui était basée en Grande-Bretagne et en Nouvelle-Angleterre, se lança dans une exploitation à grande échelle dans des eaux qui sont maintenant canadiennes, où des milliers de baleines furent tuées. Cette industrie embaucha des centaines d’Inuits pour travailler sur ses bateaux comme chasseurs et couturiers. Un large éventail et d’énormes quantités de biens manufacturés pénétrèrent la société inuite, des fusils et de la toile de tente aux baleinières en passant par la farine.

Mais en plus des biens manufacturés, les chasseurs de baleines apportaient avec eux des maladies contagieuses. Les Inuits ne possédaient aucune immunité naturelle pouvant les protéger de ces maladies, et des centaines, voire des milliers d’entre eux, moururent. La population inuite de l’ouest de l’Arctique canadien (les Inuvialuits) est passée d’environ 2000 à 2500 personnes en 1850 à 150 personnes en 1910.

Sources:
-Les Indiens d’Amérique du Nord de Robert Fauque
-Compilhistoire
-Peuples Amérindiens (site)


Vous aimerez aussi

peuple caraïbe

Histoire de la Martinique : Les Amérindiens des Antilles Partie 1/2

les caraïbes

Histoire de La Martinique : Les Amérindiens des Antilles Partie 2/2

amérindiens

Les Amérindiens d’Amérique du Nord 2/2

le cercle des hommes

Le Cercle des Hommes


Laissez un commentaire



Mon Instagram

Plantes médicinales et aromatiques de la Caraïbe de Christiane Portécop est un ouvrage destiné aussi bien aux enseignants qu'aux associations et personnel d'encadrement qui souhaitent realiser un projet relatif aux plantes médicinales. Ce livre interessera sans nul doute un plus large public qui pourra ainsi entreprendre un voyage instructif et formateur dans l'univers du patrimoine caribéen.

Un massage énergétique de @massage_lodisy contre les douleurs, refroidissement ou encore de dégagement, etc vous sera proposé par Christelle.

Jeu exclusivement pour les résidents de l'île de la Guadeloupe.

#jeuconcours
...

80 22

Ce roman trace sans complaisance un portrait plus qu’acide de l’homme politique. Il lance une autre réflexion sur les mythes fondateurs d’Haïti et aborde le sujet tabou des relations entre le pouvoir et les sociétés secrètes.

En effet, sur cette île tout comme les autre, ce ne sont pas les urnes qui régit la politique mais bel et bien les cimetières. Lieu de rencontre entre les politiciens et les sosyete, loup-garou, esprits et d’autre entités nocturnes qui commandent la nuit.

Hannibal Sérafin grand ambitieux politicien est prêt à tout pour devenir le prochain président quitte à laisser Agwe, dieu des eaux koké douze fois sa belle femme sur une barque sacrée. Mais dans cette course effrénée vers le pouvoir, un diable estime qu’il est temps pour lui de sortir de sa montagne pour assouvir sa vengeance.

Heureusement, que la mambo Sorel veille à l’harmonie, tout en rendant fou d’amour et de passion Sonson Pipirit un ancien politicien, en le faisant jouir en haut d’un arbre sacré. Selon lui, la mambo Sorel transformée en loup-garou éveille chaque particules de son corps en le dévorant sur les autels sacrées. Ceux qui feront les offusqués, ne connaissent pas ce genre de plaisir délirant !

Un conflit cosmique, où l’humour est mêlé à un érotisme coloré et fantastique. Encore une belle œuvre de @garyvictor7

#livrestagram #livres #livresaddict #booklover #books #instabook #litteraturecaribeenne #litteraturehaitienne #roman #instabookclub #lecturedujour #lecturesdumoment #bookstagrammer #bookaddict #livrepeyi #avislecture #lire #haïti #caraïbes #littérature #afrobook
...

57 3