les caraïbes

Histoire de La Martinique : Les Amérindiens des Antilles Partie 2/2


Les Caraïbes ou Kalinagos est un peuple amérindien venant du Venezuela et des Guyanes. Ils ont commencé à peupler les petites Antilles à partir de la fin du IX e siècle.

En naviguant sur des pirogues pouvant transporter jusqu’à une cinquantaine de personnes. Ils commencèrent à expulser les Arawaks qu’y sont déjà installé depuis plusieurs siècles. Il fut le premier peuple à entrer en contact avec les européens. En effet, il avait déjà conquis l’archipel d’Antigua au nord jusqu’à Trinidad au sud.

Les Caraïbes étaient de redoutables guerriers. En effet, lorsque Christophe Colomb débarqua à Hispanolia ( Saint Domingue et Haïti). Les Taïnos de l’île lui parlèrent des fameux guerriers audacieux, tenaces et anthropophages qui peuplent les petites îles. Par la suite, il le constata lors de l’affrontement entre les européens et les Caraïbes.

L’origine de leurs rivalités avec les Arawaks, leurs ennemis héréditaires restent toujours inconnue. C’est comme cela depuis la nuit des temps.

Selon divers témoignages européens (l’Anonyme de Carpentras, Mathias du Puy..), les Caraïbes semblaient être un peuple dépourvu de défauts physiques, dotés de beaux visages. Leur beauté était agrémenté par l’huile de Roucou, qui est une teinture qui les rougissait.

1. La Société Caraïbe

En se basant sur le témoignage des européens, la société des Caraïbes était égalitaire où n’existait pas la propriété privée. Chacun avait son terrain sans que pour cela soit une propriété privée. En effet, nul n’était plus riche ou plus pauvre.

Mais lorsqu’il s’agissait de guerre, la communauté avait 3 commandants ou selon les îles un commandant. Leur puissance est limitée car ils commandent que dans les affaires de guerre. “Tous leurs obéissent en ce qui concernent la guerre seulement, car hors de là ils ne sont nullement considérés.”

Leurs communautés vivaient de la culture sur brulis surtout de manioc, de la chasse, de la cueillette et de la pêche. Les différentes tâches quotidiennes des femmes étaient la récolte du manioc, la cuisine, le tissage, la poterie et le soin des enfants. Tandis que les hommes pratiquaient la pêche, s’occupaient du coton, et travaillaient le bois.

2. Alimentation et Habitat

Les produits de base étaient le manioc et la patate. Ils chassaient de petits animaux comme les perroquets, lézards, crabes et agoutis. Et ils pêchaient des burgots, des crabes, des tortus etc. Les Caraïbes ne consommaient pas le lamantin à cause de leur graisse. Mais aussitôt que les européens ont débarqué, la population des lamantins fut exterminée à cause du commerce de leur graisse. Du fait de leur abondance dans une zone de la Martinique, les européens baptisa une ville Le Lamentin.

Les Caraïbes appréciaient énormément la canne à sucre.

Société égalitaire, le sens de l’hospitalité était une vertu. Selon le révérend Père du Tertre : “ils n’ont entre eux aucune sorte de commerce, ne vendent ni n’achètent rien, s’en donnant fort librement les choses desquelles ils peuvent soulager leurs compatriote.”

En guise d’habitat, les groupes familiaux vivaient autour d’une case commune.

3. La vie des Caraïbes

Les mariages pouvaient être polygames. La première épouse restait dans le groupe familial, mais les autre étaient répartit dans divers village.

Les fêtes sont généralement liées aux principaux passages de la vie. La naissance, l’enfance et l’adolescence.

Ils initiaient très tôt les enfants, à l’art de la guerre. En effet en apprenant à utiliser les armes pour la guerre mais qui servaient également au quotidien ( arc, massue en bois, les flèches). Suite à chaque guerre, ils dévoraient leurs prisonniers à part les femmes et les enfants. Ils mangent cette viande par rage et vengeance et non par appétit.

4. Les croyances

Les Caraïbes étaient animistes. Ils croyaient avoir 3 âmes, une dans la tête, une dans les bras et une au cœur. Et croyaient en une sorte de paradis ou se réfugiaient les âmes. Mais afin d’atteindre ce paradis, il fallait faire attention aux mauvais esprits les Mabouyas.

Le terme Mabouya est toujours utilisé au Antilles, pour désigner les geckonidés et aussi les mauvais esprits.

Comme la communauté des Caraïbes est basée sur l’égalité, le respect entre ses membres. Il n’y a jamais eu de guerre entre les différents clans. Vaillants guerriers, ils se sont tous ligués ensembles contre les envahisseur venant d’Europe. L’histoire nous a montré qu’ils ont perdu le combat. Néanmoins, La Grande Bretagne leurs ont cédé en 1903 , un peu de terre à la Dominique afin de préserver leur magnifique culture.

Source:

Wikipédia

L’histoire de la Martinique tome 1 d’Armand Nicolas, édition l’harmattan


Vous aimerez aussi

peuple caraïbe

Histoire de la Martinique : Les Amérindiens des Antilles Partie 1/2

amérindiens

Les Amérindiens d’Amérique du Nord 1/2

amérindiens

Les Amérindiens d’Amérique du Nord 2/2

le cercle des hommes

Le Cercle des Hommes


Laissez un commentaire



Mon Instagram

Plantes médicinales et aromatiques de la Caraïbe de Christiane Portécop est un ouvrage destiné aussi bien aux enseignants qu'aux associations et personnel d'encadrement qui souhaitent realiser un projet relatif aux plantes médicinales. Ce livre interessera sans nul doute un plus large public qui pourra ainsi entreprendre un voyage instructif et formateur dans l'univers du patrimoine caribéen.

Un massage énergétique de @massage_lodisy contre les douleurs, refroidissement ou encore de dégagement, etc vous sera proposé par Christelle.

Jeu exclusivement pour les résidents de l'île de la Guadeloupe.

#jeuconcours
...

80 22

Ce roman trace sans complaisance un portrait plus qu’acide de l’homme politique. Il lance une autre réflexion sur les mythes fondateurs d’Haïti et aborde le sujet tabou des relations entre le pouvoir et les sociétés secrètes.

En effet, sur cette île tout comme les autre, ce ne sont pas les urnes qui régit la politique mais bel et bien les cimetières. Lieu de rencontre entre les politiciens et les sosyete, loup-garou, esprits et d’autre entités nocturnes qui commandent la nuit.

Hannibal Sérafin grand ambitieux politicien est prêt à tout pour devenir le prochain président quitte à laisser Agwe, dieu des eaux koké douze fois sa belle femme sur une barque sacrée. Mais dans cette course effrénée vers le pouvoir, un diable estime qu’il est temps pour lui de sortir de sa montagne pour assouvir sa vengeance.

Heureusement, que la mambo Sorel veille à l’harmonie, tout en rendant fou d’amour et de passion Sonson Pipirit un ancien politicien, en le faisant jouir en haut d’un arbre sacré. Selon lui, la mambo Sorel transformée en loup-garou éveille chaque particules de son corps en le dévorant sur les autels sacrées. Ceux qui feront les offusqués, ne connaissent pas ce genre de plaisir délirant !

Un conflit cosmique, où l’humour est mêlé à un érotisme coloré et fantastique. Encore une belle œuvre de @garyvictor7

#livrestagram #livres #livresaddict #booklover #books #instabook #litteraturecaribeenne #litteraturehaitienne #roman #instabookclub #lecturedujour #lecturesdumoment #bookstagrammer #bookaddict #livrepeyi #avislecture #lire #haïti #caraïbes #littérature #afrobook
...

57 3