les dieux antillais

Les dieux antillais


Sans discrimination aucune, on accueille toute religion qui promet sans effort de soi, l’Amour-Fortune-Guérison. Fort de France, et Point-à-Pitre sont des villes de sectes et d’évangiles. On attrape la nouvelle prêche comme on attrape le rêve qui passe. Comme on court après le taxi-pays qui va partir sans vous.

Le fait magico-religieux martiniquais et guadeloupéen est nommément identifiable, repérable dans un mot et une chose à connotation légèrement péjorative, aujourd’hui synonyme de maléfice, sort, envoûtement, voire même poison: le quimbois.

Le quimbois, c’est un mot et c’est une chose. C’est comme un morceau de rêve attardé au petit jour. C’est une lettre anonyme déposée furtivement, en douce, par porteur spécial avant le lever du soleil, avant le passage du facteur. Et quand c’est une chose, c’est encore un mot, le quimbois est toujours un message. A charge pour celui qui le reçoit d’en comprendre la langue.

Le quimbois n’est certes pas parvenu à s’ériger en culte syncrétique comme ce fut le cas dans les autres Amériques des plantations où la rencontre avec des dieux africains et des saints catholiques a donné les candomblés au Brésil, la santeria à Cuba, le vaudou à Haïti. Et pourtant il est, tout comme eux, indéracinable.

Mais, né et formé dans la résistance, il a traversé l’histoire antillaise et ses ruptures. Ni l’abolition de l’esclavage, ni la départementalisation, ni la montée des revendications nationales n’ont réussi à le détruire. Renvoyant dos à dos les unes et les autres dans le même refus de schématisme et de sectarisme, le quimbois vit la nuit dans les bois, et le cas échéant, se montre en plein jour.

Source : Dieu en exil de Simonne Henry Valmore

Le quimbois n’est pas regardant, bien au contraire il sait s’adapter selon les courants religieux qui sillonnent nos îles; tout en préservant son essence originelle : les arts occultes des sociétés ancestrales africaines.

On ne s’étonnera plus de voir dans les katchimen des noix de coco, une pratique emprunté des engagés tamouls. Ou de converser avec un cocotier et même solliciter l’aide du Petit Jesus pendant plusieurs jours pour être purifié par l’eau de coco. On ira à la messe faire bénir nos médaillons pour les coudres dans nos sous-vêtements afin d’être  à l’abri des mauvais esprits. Car oui malgré la main mise du Bondieu européen, nous croyons toujours  à un paquet de mauvais esprits qui font toujours la bamboche. Plakatak sur le toit ! Cela ne peut qu’être qu’un soukougnan !

On ira même fouetter les murs de notre maison avec des plantes bien spécifique en priant les saints pour dégager toute mauvaiseté. Et est ce pour autant que nous dirions que nous sommes tous des mauvais chrétiens ?

Foutre que non !  On le diabolisera, on le reniera, on crachera dessus mais le quimbois restera toujours là quitte à se cacher aux yeux des profanes. Et on aura beau dire le petit coup de sel sous le paillasson, la quantité de figures chrétiennes exposées sur la commode, les graines de fruits dans le porte-monnaie, le zèle en couvrant les tombes de bougie à la Toussaint, etc sont tout simplement des émanations du quimbois. Car oui pour survivre il sait s’adapter quitte à ce que les pratiquants l’utilise inconsciemment….

Yékrik ! 


Vous aimerez aussi

bougie

La sorcellerie aux Antilles

chronique des sept misères

Chronique des sept misères, paroles de djobeurs

la toussaint antilles

La Toussaint aux Antilles


Laissez un commentaire



Mon Instagram

Poutji man kondané san man fè ayen
Jéni lasosiété tjwé mwen,
Man èspozé san mò
Pétèt man té ké pli kontan, di man té lajòl,

Man wont épi an kò lib
Ki pa ka fè mwen mal piès koté
Man lévé, man kriyé, man hélé
Man rivé konpran an lavi san lépé

San été san soley
Manman mwen ba mwen an tjè
Yo krazé'y, yo brilé'y
Man pèdi lékilib

Man pa menm pé réfléchi
Karès visib pa pou ich kongo
Man kon an bato pèdi dan bouya
Ki ka fonsé an tout sans

San'y sav la'y ka alé
Man entjèt kon an tatjèt dan an finèt
Si rété an karès sé pa ba ich kongo

Yo lé wè'w touni an tèt d'Eugène Mona
...

716 19

Une mère antillaise lors de la Toussaint, c'est une dame qui apporte son paréo de ménage au cimetière pour récurer le caveau familial.

Puis elle va babiller derrière toi car tu n'as pas bien arrangé les fleurs sur la tombe. Et si par malheur, il lui reste encore de l'énergie, elle va nettoyer devant toutes les tombes de l'allée :

"Des faveurs qui sont là ében bondié !"

#martinique #toussaint #caribbeanlife #antillais #sonjé #tradition #martiniquaise
...

816 10

À l'approche de la Toussaint, je voulais partager avec vous, mes souvenirs d'enfance. Conter ces beaux moments qui ont une grande place dans mon coeur. D'ailleurs on ne comprenait pas pourquoi je disais que je preferais cette periode par rapport à la Noël et le Carnaval.

Vous n'imaginez même pas toute la vibes que dégageait le cimetière de Saint-Pierre dans les années 90. Je ne vous parle pas de souffrance et mélancolie suite aux differentes tragédies (esclavage et éruption de Mussieu Pélée), hanhan, je vous parle de communion et festoyement entre la vie et la mort.

Podcast disponible sur le site (lien dans ma bio) et sur Spotify, Deezer, Podcast Addict, Amazon music, Soundcloud.

#toussaint #bokantaj #sonjé #martinique #caribbean #caribbeanlife #caribéennes #martiniquaise #antillais #antillaise
...

199 5