kintu

Kintu

Jennifer Nansubuga Makumbi
Roman africain
Parution en 2019

“Les malédictions ont la vie dure. Depuis que Kintu, gouverneur d’une lointaine province du royaume Buganda, a tué accidentellement son fils adoptif d’une gifle malheureuse, en 1750, un sort est lancé sur tous ses descendants, les vouant à la folie, à la mort violente, au suicide.

Et en effet, trois siècles plus tard, les descendants de Kintu semblent abonnés au tragique: Suubi harcelée par sa sœur jumelle qu’elle n’a jamais connue, Kanani le”réveillé” évangéliste, fanatique mais lubrique, Isaac Newton, torturé par l’idée d’avoir transmis le sida à sa femme et à son fils.
Et enfin, Miisi le patriarche, l’intellectuel éduqué à l’étranger, hanté par des visions et des rêves où s’invitent l’enfance, les esprits, l’histoire du clan et de la nation tout entière. Un par un, ils sont appelés par les anciens du clan dans une forêt aux confins de l’Ouganda, en une ultime tentative de conjurer le sort.”

Mon avis

Les terres d’Afrique sont riches d’évasions, de langues, de prières, de traditions d’amours mais aussi de sangs et de légendes. Kintu nous laisse découvrir sa longue descendance en même temps que l’histoire de cette province d’ Afrique: le Buganda ( le plus grand des royaumes traditionnels actuels de l’Ouganda) de 1750 à nos jours. A travers sa multitude de descendants, nous plongeons avec curiosité dans cette histoire africaine, pleine de magie (science ancienne) et de malédiction. Cette histoire familiale puisant sa force dans les traditions va traverser le colonialisme, mais aussi se perdre entre le pragmatisme occidental et la mystique africaine.

Frappés par une malédiction familiale, les descendants de Kintu sont voués à la mort violente ou à la folie. Mais dans ce pays marqué par la colonisation, on se détache de plus en plus des croyances traditionnelles pour les remplacer par une religion, une éducation occidentale ou par le déni pur et simple. Par ses personnages Jennifer Nansubuga Makumbi nous retrace leurs tragédies hauts en couleur harcelés par leurs ancêtres mais incapables de le comprendre car leurs esprits occidentalisés ne sont plus ouverts à leurs racines et à leur héritage culturel.
Mais heureusement, les multiples branches de la tribu de Kintu ont encore quelques racines bien ancrées aux traditions. Et qui pourront enfin briser cette malédiction par des rites et prières à travers un grand rassemblement familial.

Jennifer Nansubuga Makumbi nous conte admirablement le poids des traditions, les transmissions familiales, la puissance des liens, des mystères venus d’ailleurs, les effets de la gémellité, la beauté d’un pays, le cœur battant d’un peuple. Ce que j’ai particulièrement aimé, c’est que ce roman soit une sorte de lettre d’amour à la préservation de la culture traditionnelle ougandaise. En effet, le récit m’a fait voyager et découvrir les racine oubliés de mes ancêtres pour mon plus grand bonheur.


Vous aimerez aussi

la prière des oiseaux

La prière des oiseaux

les cent puits de salaga

Les cent puits de Salaga

coeur tambour

Cœur Tambour

livres pour voyager

Voyage autour du monde

Contes-initiatiques-peuls

Contes initiatiques Peuls

les impatientes

Les impatientes


Laissez un commentaire



Mon Instagram

Poutji man kondané san man fè ayen
Jéni lasosiété tjwé mwen,
Man èspozé san mò
Pétèt man té ké pli kontan, di man té lajòl,

Man wont épi an kò lib
Ki pa ka fè mwen mal piès koté
Man lévé, man kriyé, man hélé
Man rivé konpran an lavi san lépé

San été san soley
Manman mwen ba mwen an tjè
Yo krazé'y, yo brilé'y
Man pèdi lékilib

Man pa menm pé réfléchi
Karès visib pa pou ich kongo
Man kon an bato pèdi dan bouya
Ki ka fonsé an tout sans

San'y sav la'y ka alé
Man entjèt kon an tatjèt dan an finèt
Si rété an karès sé pa ba ich kongo

Yo lé wè'w touni an tèt d'Eugène Mona
...

649 19

Une mère antillaise lors de la Toussaint, c'est une dame qui apporte son paréo de ménage au cimetière pour récurer le caveau familial.

Puis elle va babiller derrière toi car tu n'as pas bien arrangé les fleurs sur la tombe. Et si par malheur, il lui reste encore de l'énergie, elle va nettoyer devant toutes les tombes de l'allée :

"Des faveurs qui sont là ében bondié !"

#martinique #toussaint #caribbeanlife #antillais #sonjé #tradition #martiniquaise
...

812 10

À l'approche de la Toussaint, je voulais partager avec vous, mes souvenirs d'enfance. Conter ces beaux moments qui ont une grande place dans mon coeur. D'ailleurs on ne comprenait pas pourquoi je disais que je preferais cette periode par rapport à la Noël et le Carnaval.

Vous n'imaginez même pas toute la vibes que dégageait le cimetière de Saint-Pierre dans les années 90. Je ne vous parle pas de souffrance et mélancolie suite aux differentes tragédies (esclavage et éruption de Mussieu Pélée), hanhan, je vous parle de communion et festoyement entre la vie et la mort.

Podcast disponible sur le site (lien dans ma bio) et sur Spotify, Deezer, Podcast Addict, Amazon music, Soundcloud.

#toussaint #bokantaj #sonjé #martinique #caribbean #caribbeanlife #caribéennes #martiniquaise #antillais #antillaise
...

197 5

Octobre est le mois pour rendre hommage à notre riche langue. De ce fait, je vous propose 7 livres pour apprendre à l'écrire et surtout à le lire. Pour commencer, lisez à haute voix pour mieux decortiquer et comprendre le sens de la phrase.

#kreyol #livre #livres #litterature #litteratureantillaise #book #bookstagram #instabooks #instabookclub #livrepeyi #books
...

691 20