circé

Circé

Madeline Miller
Roman historique
Parution en 2018

“Helios, dieu du soleil, a une fille : Circé. Elle ne possède ni les pouvoirs exceptionnels de son père, ni le charme envoûtant de sa mère mais elle se découvre pourtant un don : la sorcellerie, les poisons et la capacité à transformer ses ennemis en créatures monstrueuses. Peu à peu, même les dieux la redoutent. Son père lui ordonne de s’exiler sur une île déserte sur laquelle elle développe des rites occultes et croisent tous les personnages importants de la mythologie : le minotaure, Icare, Medée et Ulysse….

Mais cette existence de femme indépendante et dangereuse inquiète les dieux et effraie les hommes. Pour sauver ce qu’elle a de plus cher à ses yeux, Circé doit choisir entre ces deux mondes : les dieux dont elle descend, les mortels qu’elle a appris à aimer.”

Mon avis

Après le chant d’Achille, Madeline Miller s’empare d’une autre figure mythologique. L’écriture est magnifique, le récit est cadencé et envoûtant. Ce livre nous transporte dans la tête, dans le corps et les pensées dela déesse Circé.

Le bannissement de Circé achèvera de faire d’elle une femme accomplie, forte, libre, libérée, sûre d’elle, mais toujours avec cette faille qui la rend terriblement attachante et réelle.

L’auteur rend tous ces dieux capricieux extrêmement humains et donne une épaisseur au personnage de Circé en éclairant sa psychologie, son histoire, ses désillusions. Il est assez jouissif de se mettre dans la peau d’un dieu ou d’une déesse le temps d’un livre.

Ce livre donne envie d’approfondir le sujet qui est inépuisable. L’auteure réussit un portrait de femme extraordinaire et fait de Circé une héroïne indépendante, libre et courageuse. Comme toutes les figures mythologiques féminines, beaucoup de femmes pourront se reconnaître en elle.


Vous aimerez aussi

le chant d'achille

Le Chant d’Achille

orochi

Le grand serpent Orochi


Laissez un commentaire

Array



Mon Instagram

Comme tous les 12 avril, je célèbre l`anniversaire de mon grand-père maternelle même après son trépas. Je ne vais pas mentir c`est le seul dont je célèbre toujours l`anniversaire car il est impossible à oublier, ne serait ce qu`un peu. Il fut mon poto-mitan, mon refuge quand ça pétait dans ma tête (des émotions trop vives à canaliser).

Et le meilleur moyen d`apaiser qq dans cette situation, c`est de l`envelopper sans parole pour que le calme revienne. C`est pour cela que j`adore particulièrement cette photo, elle résume tout...

C`est également le seul dont je n`arrive pas à entrer en contact. Je n`ai aucun pb à communiquer avec les défunts mais avec lui ayen ! Un gros silence...est ce sa manière de m`envelopper ?

Et là il décide de se manifester, pour me dire quoi?

"Asé pléré man ka flex kò mwen"

🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣

Ok papi ay pété bonb-ou épi roulé fiuuuu. Non mais j`hallucine🤣ce n`est pas du tout son tempérament. Un monsieur calme, posé, réservé etc mais là an mode fêtard. Apparemment lavi-a déyè lanmò-a bèl wè nèg ! Aucun tact tout comme moi sieu 😮‍💨

Kwa senbo
...

1072 23