Copie de Poutji chien rayi chat

Poutji chien rayi chat ?


Chien et chat vivaient comme frère et sœur, tellement ils étaient amis. Ils avaient la même marraine, et la coutume veut que les filleuls d’une même marraine soient frères. Aussi quand arrive le Jour de l’An, Chien et chat, comme chaque année, partirent-ils ensemble pour aller souhaiter la bonne année à leur marraine.

Cette année-là, le temps était beau, le soleil brillait dans le ciel, et cependant leur marraine était triste. Sur la table, il n’y avait pas, comme d’habitude, de petits paquets attachés avec de jolis rubans. Néanmoins, en bons filleuls, Chien et Chat ne laissèrent pas paraître leur déception. Ils coururent l’embrasser avec beaucoup de tendresse en lui disant:
-Bonjour, marraine, nous sommes venus te souhaiter une bonne année ! Que le Bon Dieu te donne la santé, la prospérité, enfin tout ce que tu désires…
-Merci, mes chers doudous, répondit la marraine ! A mon tour, je souhaite que vous grandissez en beauté, en sagesse comme vous l’avez toujours fait!
-Merci marraine !
-Mes enfants, reprit marraine, ma situation cette année est très précaire, et les étrennes seront un peu justes. Je vous ai malgré tout gardé deux bouts de boudin: un pour chacun.

Elle alla à la cuisine et leur rapporta à chacun, dans un petit papier de soie, un bout de boudin. Ils la remercièrent en lui renouvelant tous leurs vœux de bonheur pour l’année commencée et prirent congé. En chemin, ils réfléchirent au sort de leur marraine. A leur avis, elle avait eu tort de ne pas mettre pour le Jour de l’An une robe à pois (qui lui aurait fait avoir de l’argent) mais une robe bleue. C’est pour cela qu’une misère noire était tombée sur elle. A-t-on idée de faire une chose semblable !

Nous l’avons dit, ce Jour de l’An était particulièrement beau, un vrai temps de fête. Un vent frais soufflait, et les oiseaux chantaient de tous les côtés. Chien éprouva le désir de courir, de japper, de sauter afin d’exprimer toute l’euphorie qu’il ressentait…Il dit à Chat :
-Veux tu jouer avec moi?
-Pas du tout, répondit Chat ! Moi, j’aime être tranquille..
-Bon ! Dit chien, alors tiens pour moi mon boudin pendant que je gambade.

Le mal mouton confia au Chat sa part de boudin et partit comme un fou se rouler dans les herbes, japper après une mangouste, ou même un nuage, sauter et cabrioler…. Cependant, après bien des ébats, la faim lui vint. Il retourna vers le lieu où il avait laissé Chat mais ne le vit pas. Affolé, il se mit à l’appeler:
-Chat, mon frère, la ou yé ? Chat où te caches-tu?
-Je suis sur l’amandier… Lève la tête.

Chien leva la tête et vit chat, tranquillement allongé sur la branche d’un arbre.

Il fut contant de le retrouver et lui dit :

– Ah tu es là, mon frère ! Je suis heureux de te voir. . . Et puis j’ai tant couru que ça ma mis en appétit, apporte moi le boudin, s’il te plaît
-Tu veux rire ! Je suis trop bien sur mon arbre : je n’en bougerait pas ! . . .
-Alor envoie-moi mon boudin ! . . .
-D’accord , ouvre la bouche et attrape-le !

C’est alors que Chat , ce faux-frère , cet hypocrite , qui avait déjà mangé la part de boudin de Chien , lui envoya . . . devinez quoi ? Il lâcha dans la bouche de Chien une chose qui sentait horriblement mauvais . . . Le pauvre Chien l’avala. Quand il comprit ce qui lui arrivait , il faillit mourir de rage , il essaya de vomir , cracha, souffla s’essuya le nez dans l’herbe, tenta de monter à l’arbre . . . Mais, hélas, les chiens ne savant pas grimper aux arbres. Alors quand il put se ressaisir un-peut , il dit à Chat :

-Chat , tu m’as eu, mais à charge de revanche. . . Si je peux, je te réduirai en bouillie? j’emploierais même des sortilèges pour me venger de toi. Tiens-toi sur tes gardes, car je ne te manquerai pas. . .

C’est depuis ce jour-là que Chat, prévenue des intentions de Chien, cache ses excréments pour ne pas être »quimboisé  » par lui, et c’est aussi pour cette raison qu’ils ne peuvent plus se voir, que le Chien donne la chasse au Chat dès qu’il l’ aperçoit, qu’il cherche même à l’étrangler. . . C’est aussi depuis ce temps-là que, lorsque deux personnes s’entendent mal, on dit qu’elles sont comme Chien et Chat.

Un conte de notre folklore retranscrit par Marie-Thérèse Lung-Fou


Vous aimerez aussi

cocotier

Man pa ni an pié lajan ka soukwè

mythe de sésé

Le mythe de Sésé : L’origine de la guerre entre les Arawaks et les Caraïbes

zouk enflammé

Le zouk enflammé

Contes-initiatiques-peuls

Contes initiatiques Peuls

chien

Le chien dans la société créole

chyen

Pourquoi le chien ne parle plus !


Laissez un commentaire



Mon Instagram