Les origines de Noël et alternative


Le Noël à la Martinique est rythmé avec les fameux « chanté Noël ». On se réunit afin de chanter à cœur joie les cantiques de Noël afin de célébrer la naissance du Christ. En effet, Noël pour les chrétiens est la naissance de Jésus Christ. De ce fait nous devons célébrer sa naissance le 25 décembre de chaque année. Mais lorsqu’on lit la bible, il n’y a aucun passage qui nous indique qu’il soit né le 25 décembre. Donc pourquoi cette date?

Avant le IVe siècle, la célébration de la naissance du Christ indifférait les premiers chrétiens. En effet, à l’époque ce qui était important c’était sa mort et sa résurrection. Mais à cette période, les « païens » célébraient le solstice d’hiver.

En effet pendant cette périodes, il y’avait différentes fêtes « païenne » comme par exemple les Saturnales (antiquité romaine). La fête se déroulait sur une semaine pour célébrer le Dieu Saturne, il était assimilé par les grecs au titan Chronos. L’Eglise catholique voulait absolument abolir ce genre de manifestation. De ce fait le pape Libère a décrété en 354, que les chrétiens devaient célébrer la naissance du Christ le 25 décembre afin de concurrencer les fêtes païennes. Ce stratagème porta ses fruits, le 25 décembre comme jour de célébration de la naissance du Christ s’impose rapidement. Tandis que les fêtes païennes du solstice d’hiver disparaissent.

Jusqu’à maintenant, les chrétiens fêtent toujours la naissance du Christ. Et que ce jour, est devenue aussi un jour de réunion familial autour d’un bon repas sans caractère religieux.

Mais depuis 1966, à l’initiative de l’historien et militant Maulana Karenga, certaines familles afro-américaine fêtent le Kwanzaa pendant cette période.

Le Kwanzaa est une fête panaafricaine d’origine bantou qui rend hommages aux racines africaines. Pour que la communauté noire se remémore de ses racines avant l’évangélisation des populations. Cette fête est inspirée des fêtes agricoles africaines suivant les récoltes. La fête des premières récoltes est très répandue dans la culture bantou. Et s’articule autour de 7 grandes valeurs pendant 7 jours:
-Umoja (l’unité)
-Kujichagula (l’autosuffiance)
-Ujima (le travail et responsabilités collective)
-Ujamaa (la coopération économique entre Noirs)
-Nia (la détermination)
-Kuuma (la créativité)
-Imani (la foi dans la communauté)
Les termes viennent de la langue swahili (origine bantou). Le kwaaza est une célébration de ses racines quelque soit le pays de ce vaste continent. B

Beaucoup de pratiquants ne connaissent pas leur arbre généalogique. Mais cela ne les empêchent pas de célébrer une partie du continent dont ils affectionnent le plus. Cette fête est répandu dans les communautés Afro-américaine aux Etat-Unis mais toujours timide en Europe.

En ce qui me concerne, je trouve que cette fête mérite grandement d’être célébrée que ce soit avec ou sans Noël. Et j’espère un jour la pratiquer en hommage à mes racines Africaines, mais en n’oubliant pas mes racines Indiennes et Françaises.


Vous aimerez aussi

kwanzaa

Célébrons Kwanzaa


2 commentaires pour “Les origines de Noël et alternative”

  1. Bonjour,
    C’est avec plaisir que j’ai lu votre article.
    Je ne connaissais pas cette fête africiane.
    Mais ses valeurs rejoignent parfaitement l’esprit du noël chrétien.
    Plutôt que de valoriser une fête commerciale qui n’a aucun sens, voici ce que nous devrions cultiver en France.
    En France, on parle de “Valeurs Chrétiennes” ou “d’héritage chrétien” pour faire face à la religion islamiste mais ce sont des mots vides de sens pour les chrétiens eux mêmes qui sont pour la plupart non pratiquants et de ce fait dans un processus de consommation et de désillusion comme le mentionnait votre précédent article.
    Merci de mettre les mots pour le dire.

  2. Merci pour votre commentaire Mounica.
    En effet Noël n’a vraiment plus aucun sens et c’est bien dommage…

Laissez un commentaire



Mon Instagram

Poutji man kondané san man fè ayen
Jéni lasosiété tjwé mwen,
Man èspozé san mò
Pétèt man té ké pli kontan, di man té lajòl,

Man wont épi an kò lib
Ki pa ka fè mwen mal piès koté
Man lévé, man kriyé, man hélé
Man rivé konpran an lavi san lépé

San été san soley
Manman mwen ba mwen an tjè
Yo krazé'y, yo brilé'y
Man pèdi lékilib

Man pa menm pé réfléchi
Karès visib pa pou ich kongo
Man kon an bato pèdi dan bouya
Ki ka fonsé an tout sans

San'y sav la'y ka alé
Man entjèt kon an tatjèt dan an finèt
Si rété an karès sé pa ba ich kongo

Yo lé wè'w touni an tèt d'Eugène Mona
...

716 19

Une mère antillaise lors de la Toussaint, c'est une dame qui apporte son paréo de ménage au cimetière pour récurer le caveau familial.

Puis elle va babiller derrière toi car tu n'as pas bien arrangé les fleurs sur la tombe. Et si par malheur, il lui reste encore de l'énergie, elle va nettoyer devant toutes les tombes de l'allée :

"Des faveurs qui sont là ében bondié !"

#martinique #toussaint #caribbeanlife #antillais #sonjé #tradition #martiniquaise
...

816 10

À l'approche de la Toussaint, je voulais partager avec vous, mes souvenirs d'enfance. Conter ces beaux moments qui ont une grande place dans mon coeur. D'ailleurs on ne comprenait pas pourquoi je disais que je preferais cette periode par rapport à la Noël et le Carnaval.

Vous n'imaginez même pas toute la vibes que dégageait le cimetière de Saint-Pierre dans les années 90. Je ne vous parle pas de souffrance et mélancolie suite aux differentes tragédies (esclavage et éruption de Mussieu Pélée), hanhan, je vous parle de communion et festoyement entre la vie et la mort.

Podcast disponible sur le site (lien dans ma bio) et sur Spotify, Deezer, Podcast Addict, Amazon music, Soundcloud.

#toussaint #bokantaj #sonjé #martinique #caribbean #caribbeanlife #caribéennes #martiniquaise #antillais #antillaise
...

199 5