Les rites et coutumes des pêcheurs d'antan

Les us et coutumes des pêcheurs d’antan


Antan lontan, le pêcheur était le météorologue et les océanologue de la commune. En regardant le ciel, le mouvement des étoiles, la position de la lune, il pouvait prédire le temps qu’il fera le lendemain. A observer le vol de oiseaux de mer, il pouvait dire si la pêche serait abondante et s’il y aura de grands bancs de poissons volants. Et à la forme des nuages, il pouvait savoir s’il y avait ou non du poisson.

Le canot c’est, dit-on, l’église du pêcheur : caché derrière une planchette à l’avant de la coque, les marins installaient une petite chapelle catholique, avec madone, crucifix et brins de rameaux. Il pouvait y avoir dans une boîte en fer-blanc, une savonnette et un peigne. Ce sont les offrandes pour la redoutable sirène de la mer, Manman Dlo. Et pour éviter une malédiction de la grande sirène, certains urinaient sur leurs mains et ses lignes, puis crachaient dans la gueule du premier poisson pris en faisant le signe de croix.

Le canot est sacré. Son nom de baptême était choisi avec soin. Après avoir consulté le missel ou la bible et le quimboiseur de la commune, on retenait des noms comme : “Les trois dons”, “Saint Michel archange”, Dieu vengeur de ma justice”, “Regret de mon père”, etc.

Pour contrer toute malveillance, le pêcheur prospère soumettait régulièrement sa barque à des purifications rituelles, l’aspergeait d’eau de mer et d’eau bénite, la fouettait avec des lianes d’acacia. Et sous peine de porter malheur, les femmes enceintes ne devaient pas l’enjamber.

Homme pieux, le marin pêcheur portait au cou des médailles religieuses. On dit que certains, plus superstitieux encore, sont attentifs à tous les augures. Par exemple, ils ne repartaient jamais en mer s’ils apercevaient le matin un cochon. Ils pouvaient également faire demi-tour si ils rencontraient des tortues.

Selon un ancien marin pêcheur de Bellefontaine, certains continuent de perpétuer quelques traditions.

Sources:
Dieu en exil, voyage dans la magie antillaise de Simone Henry-Valmore
-L’univers magico-religieux antillais de Geneviève Leti


Vous aimerez aussi

Le Bondieu Mariyan

Le Bondieu Mariyan

Le poisson sacré dans les cultures africaines

Le poisson sacré dans les cultures africaines et antillaises


Laissez un commentaire

Array



Mon Instagram

Comme tous les 12 avril, je célèbre l`anniversaire de mon grand-père maternelle même après son trépas. Je ne vais pas mentir c`est le seul dont je célèbre toujours l`anniversaire car il est impossible à oublier, ne serait ce qu`un peu. Il fut mon poto-mitan, mon refuge quand ça pétait dans ma tête (des émotions trop vives à canaliser).

Et le meilleur moyen d`apaiser qq dans cette situation, c`est de l`envelopper sans parole pour que le calme revienne. C`est pour cela que j`adore particulièrement cette photo, elle résume tout...

C`est également le seul dont je n`arrive pas à entrer en contact. Je n`ai aucun pb à communiquer avec les défunts mais avec lui ayen ! Un gros silence...est ce sa manière de m`envelopper ?

Et là il décide de se manifester, pour me dire quoi?

"Asé pléré man ka flex kò mwen"

🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣

Ok papi ay pété bonb-ou épi roulé fiuuuu. Non mais j`hallucine🤣ce n`est pas du tout son tempérament. Un monsieur calme, posé, réservé etc mais là an mode fêtard. Apparemment lavi-a déyè lanmò-a bèl wè nèg ! Aucun tact tout comme moi sieu 😮‍💨

Kwa senbo
...

1072 23