youma

Youma

Lafcadio Hearn/Koizumi Yakumo
Roman
Parution en 1923

“Cette histoire, écrivit Lafcadio Hearn à un de ses amis, est vraie en substance. La jeune fille refusa, dans les circonstances héroïques que j’ai décrites, l’aide de ses frère noirs et l’échelle. Bien entendu, il se peut que je l’aie idéalisée, mais non son acte”

Mon avis

L’histoire se déroule dans la période de l’abolition de l’esclavage et a pour cadre la ville de Saint-Pierre en Martinique. L’auteur nous offre un paradigme épistémologique et sociologique retraçant un ensemble de faits avérés et d’observations sur la société créole de l’époque.

Youma est une sang-mêlé, établie au plus haut rang que l’esclave peut connaître, elle jouit de tous les privilèges: élevé dans la maison du maître, aimée comme une fille et une sœur adoptive par ses propriétaire, toujours parée de bijoux et de belles toilettes.
Suite à un malencontreux concours de circonstance, Youma va devenir la da (nourrice) d’une petite fille et quitter son foyer. Son existence sera toujours douillet mais néanmoins, sera rythmée aux caprices et besoins de l’enfant.
Cependant, dans son univers enfantin Youma va rencontrer un esclave, nommé Gabriel, un grand et fier nègre qui va chambouler son existence. Mais surtout remettre en question son statue de privilégié par rapport aux autres esclaves.

Ce récit expose l’attitude paternaliste des maîtres fondée sur la perception d’infériorité raciale. Selon eux, l’esclave est un grand enfant incapable de faire les choix appropriés. Youma, enfant privilégiée à été toute sa vie couper du monde des esclaves. De ce fait, elle représente “la caricature” de la noire aliénée et docile grâce aux faveurs des maîtres. Mais, Gabriel un esclave “bien loti ” n’est pas dupe, au contraire il a conscience que le noir doit être libre. Et que toutes les paroles d’évangélisation, la bonté du maître n’est qu’une entourloupe pour mieux endormir les esclaves.
Leur rencontre ébranlera leur conception de la vie du noir esclave et soulèvera de nombreuses problématiques pour le lecteur.

Je vous recommande vivement de lire ce livre, afin de mieux comprendre les origines des conflits des classes aux Antilles avant l’abolition de 1848. Et qui gardent encore de nos jours quelques survivances sous une forme plus sournoise. En effet, nous ne sommes toujours pas dans une société post-coloniale…


Vous aimerez aussi

Aucun article disponible

Laissez un commentaire



Mon Instagram

Replay partie 2 sur l`autonomie dans la spiritualité avec @makedaguidance ...

121 2

Replay partie 1 sur l`autonomie dans la spiritualité avec @makedaguidance ...

157 6

Je vous souhaite bonne chance pour cette nouvelle année 2024. Bagay-la ké rèd mé zanmi, pa pèd kò zot épi vansé !

Le maître mot pour cette année est Kokel, est ce que ce sera toi l`investigateur ou le mouton de la fête ?

Mention spéciale pour mon haut sur mesure de @flech.kann
...

68 1
Ce message d’erreur n’est visible que pour les administrateurs de WordPress
Un problème est survenu au niveau de votre flux Instagram.