koukoun ransi

Koukoun ransi

Dans la petite commune de Gourbeyre vivait une vieille femme de 80 ans qui terrifiait la gente masculine. Les hommes évitaient de la croiser dans la rue afin de ne pas succomber à ses charmes. En effet, Man Célestine avait le pouvoir de lever sa robe rapiécée et de la secouer pour envouter n’importe quel homme grâce à l’odeur fétide de sa koukoun.

Malgré son odeur âcre, les hommes ne pouvaient guère y résister. En effet, même si l’odeur les dégoutait jusqu’au bord de l’évanouissement, il fallait absolument que leurs cocos plongent allégrement dans la koukoun ransi de Man Célestine. Quitte à se faire piquer par l’araignée Anansi qui devait forcément y trouver refuge dans la grande forêt luxuriante de la vieille femme.

Ah oui mes zanmis, malgré l’arthrose et les prothèses aux hanches et genoux, la dame pouvait être plus élastique que la jeunesse. Elle pouvait même retirer son dentier pour ne pas trop mordre la canne à sucre…Enfin, ne rentrons pas trop dans les détails par respect pour les pauvres victimes qui pleuraient tout au fond de leur être pendant leurs supplices.

Après avoir subi l’assaut de l’insatiable Man Célestine, les bougres couraient à en perdre le souffle chez eux afin de se doucher sous une eau brûlante. D’autres allaient tous les matins à la messe de six heures, en espérant que le ciel les aiderait à oublier cet après-midi diabolique.
Par crainte des moqueries de l’entourage, les victimes gardèrent le secret. Et finir par se convaincre que peut être qu’ils aimaient finalement la koukoun ransi de Man Célestine. Après tout une pauvre vieille dame ne pouvait pas s’adonner à ce genre d’art occulte.

Mais Pascal Nallamoutou n’était pas de cet avis. Un bel homme comme lui qui pouvait avoir toutes les femmes de la commune, ne pouvait pas tomber sous le charme de la vieille dame cinq fois d’affilé. Forcément, elle devait user de la sorcellerie pour envouter sa nauséabonde coucoune. Il décida de confirmer ses soupçons en racontant ses mésaventures à ses camarades, quitte à subir leurs railleries. Et c’est lors du tournoi de belote du vendredi soir sur la véranda de Jojo, que notre compère décida d’en parler.

Les hommes arrêtèrent de jouer et plongèrent dans un long silence. Heureusement, Jean-Gabin le brisa en racontant son supplice avec la vieille femme. Puis Mr le maire avoua lui aussi qu’il avait subi les attaques de la koucoun ransi mensuellement pendant sept longues années.
C’est ainsi qu’une bonne partie des hommes de la commune de Gourbeyre soulagèrent leurs consciences lors de ce fameux tournoi de belote.

Ils décidèrent que les agissements de la dame devaient cesser une bonne fois pour toute. Les victimes envisagèrent de la tuer pendant son sommeil, mais ils changèrent vite d’avis de crainte que sa coucoune les fassent tous succomber en même temps. Imaginez donc, un grand touffé yenyen entre eux et la vieille dame, humhum…

Il était plus prudent de consulter le grand quimboiseur de l’île afin qu’il désenvoute la diabolique coucoune. Hélas, le grand sorcier avoua à l’assemblé que l’envoutement de Man Célestine était trop puissant pour lui. Et qu’en dernier espoir, ils pouvaient consulter le grand sorcier Kalfou de l’île de Trinidad et Tobago.
Malgré le prix exorbitant de Kalfou, les hommes cotisèrent quitte à vendre certains lopins de terre afin de se débarrasser de Man Célestine. Et à leur grande joie, le grand sorcier Kalfou réussit à les immuniser des attaques de l’odeur fétide.

Man Célestine avait beau secouer sa robe dans tous les sens, aucun homme ne succombait. Ils pouvaient même l’injurier et avoir le temps de fuir à toute vitesse. Malheureusement, les bougres ne se doutèrent pas que c’était le début de leurs déveines.

Pascal Nallamoutou ne gagnait plus au PMU comme avant, le pauvre ne pouvait plus payer ses nombreuses pensions alimentaires. Le garage de Jean-Gabin perdait de plus en plus de client, sa précieuse entreprise était au bord de la faillite.
Tandis que Mr le maire avait perdu les élections, alors que son adversaire était le plus grand couillon de l’archipel. Décidément, la malchance s’abattait rageusement sur eux.


Mécontent, Pascal alla consulter un séancier afin de retrouver sa bonne étoile. Hélas, le sorcier lui annonça que c’était la koukoun ransi de Mme Célestine qui doucinait son existence en lui cédant un peu de chance. C’est le cœur meurtrit que le bougre annonça la mauvaise nouvelle à ses camarades de belote.
Au début, ils ne prêtèrent pas attention aux paroles de Pascal. Mais plus le temps passa, plus leurs déveines grandissaient. Jusqu’au jour qu’une ancienne victime décida d’aller de son plein gré chez Man Célestine afin que sa bonne étoile rebrille.

Face à sa grande réussite dans les affaires, Pascal et ses compères retournèrent assidument chez Man Célestine jusqu’à sa mort.
Et afin de pouvoir respirer sans être bouleverser par la vieille odeur fétide de la coucoune, ils s’arrangèrent pour qu’un quimboiseur leur prépare un baume pour le nez qui enraya drastiquement cette attaque olfactive.

Valérie RODNEY


Vous aimerez aussi

le soukougnan du vert-pré

Le soukougnan du Vert-pré

FOND ZOMBI

Fond Zombi

crane

Les 90 pouvoirs des morts

cocotier

Man pa ni an pié lajan ka soukwè

mythe de sésé

Le mythe de Sésé : L’origine de la guerre entre les Arawaks et les Caraïbes

zouk enflammé

Le zouk enflammé


Laissez un commentaire



Mon Instagram